Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma

Cinécure est un site appartenant à Charles Declercq et est consacré à ses critiques cinéma, interviews. Si celui-ci produit des émissions consacrées au cinéma sur la radio RCF Bruxelles, celle-ci n’est aucune responsable du site ou de ses contenus et aucun lin contractuel ne les relie. Depuis l’automne 2017, Julien apporte sa collaboration au site qui publie ses critiques.

Pierre Perifel
Les Bad Guys
Sortie du film le 23 mars
Article mis en ligne le 13 avril 2022

par Julien Brnl

Genre : Film d’animation, familial

Durée : 100’

Acteurs : Sam Rockwell, Craig Robinson, Awkwafina, Anthony Ramos, Richard Ayoade, Zazie Beetz, Alex Borstein...

Synopsis :
Une adaptation de la célèbre série littéraire racontant les aventures de M. Loup, M. Requin, M. Serpent, M. Piranha et Mme Tarentule, lassés d’être des méchants.

La critique de Julien

Produit par DreamWorks Animation et distribué par Universal Pictures, « Les Bad Guys » est le premier long métrage d’animation réalisé par le cinéaste lyonnais Pierre Perifel, déjà à l’œuvre des courts métrages primés « Bilby » (2018) et « Le Building » (2005), lui qui avait auparavant travaillé comme animateur chez DreamWorks Animation, et notamment sur la franchise « Kung Fu Panda », ou encore « Shrek 4 : il Était une Fin » (2010). Vaguement basé sur la série de livres australiens pour enfants du même nom d’Aaron Blabey, ce film d’animation nous emmène à la rencontre des cinq redoutables criminels de haut vol les plus recherchés au monde, lesquels s’apprêtent à commettre un nouveau casse, soit celui de voler un trophée en or destiné à un bienfaiteur. Sauf qu’en réalité, par plusieurs concours de circonstances (telle que la découverte de l’agréable sensation de reconnaissance d’autrui), le méfait le plus improbable qu’ils s’apprêtent à commettre est bien celui de devenir des citoyens respectables...

Il y tout d’abord de chef de la bande, M. Loup, un fringant et gentleman pickpocket, puis M. Serpent, sarcastique commandant en second et meilleur ami de M. Loup, lequel est un expert en ouverture de coffres-forts. La troupe est complétée par M. Requin, maître en camouflage, et au sang très froid malgré son côté enfantin et sensible, ainsi que par M. Piranha, le petit costaud de la bande au caractère très soupe-au-lait, et enfin Mme Tarentule, le cerveau de la bande et exceptionnelle pirate informatique. Mais derrière ce gang en déclin se cache bien évidemment des méchants par vraiment méchants, lesquels n’ont en effet jamais eu la moindre chance d’agir différemment, eux qui accusent ainsi un sacré vide affectif, et donc une bonté qui se cache. D’ailleurs, c’est leur rencontre avec ledit bienfaiteur professeur Rupert Marmalade IV, un cochon d’Inde philanthrope arrogant, qui proposera à la troupe de se racheter, après avoir essayé de le voler. Mais le marché conclut avec ce dernier et les forces de l’ordre de Los Angeles - qu’ils pensaient au départ ne pas honorer - les fera bifurquer un à un vers une destination insoupçonnée, soit vers le chemin de la rédemption...

Puisant ses décors dans les grands quartiers de Los Angeles, « Les Bad Guys » profite d’une riche animation texturée cartoonesque, entre 2D et 3D, inhabituelle donc, et que l’on sent également inspirée de livres, elle qui baigne également dans des tons gris-ocres singuliers. Fondamentalement prévisible et pas cohérente pour un sous, voire également pompée sur le « Zootopie » de Disney, cette histoire réserve pourtant son lot de petites surprises, venant ainsi relever le niveau d’une écriture que l’on pensait au départ toute tracée, sans oublier quelques clins d’œil bien placés à de classiques films de casses, et réservés donc aux adultes. L’aventure en question, un brin longuette et délurée, nous offre alors plusieurs niveaux de lecture intéressants, à partager donc avec les enfants, notamment sur l’amitié, sur la confiance, le pardon, ainsi que sur la nécessité de creuser une personnalité, et donc de ne pas s’arrêter aux apparences. Avec son montage épileptique, « Les Bad Guys » met ainsi en scène d’effrayants et méprisables monstres qui ne le sont évidemment pas, au contraire d’un essaim de cochons d’Inde, alors possédés par quelqu’un d’encore plus malintentionné que ces soi-disant méchants. M. Loup (excellemment doublé par Pierre Niney) et ses amis découvriront ainsi leur vraie nature, en changeant dès lors de perspective de vie, pour le bien. Bref, un retournement de situation finalement assez convenu...

Avec un humour qui joue de la surenchère, et une caractérisation de personnages très premier degré, « Les Bad Guys » plaira sans doute davantage aux enfants qu’à toute la famille, lui qui manque d’émotions et de réalisme, mais au profit de valeurs humaines qui ne sont toutefois pas dénuées d’intérêts, ni de charme. Les plus jeunes y trouveront ainsi leur compte, l’intrigue ne lésinant également pas sur des scènes d’action impressionnantes, dont des courses-poursuites rocambolesques. Et puis, qu’est-ce que cette troupe de personnages est sympathique. Le comble pour des méchants... gentils !



Espace privé RSS

2014-2023 © CINECURE - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.5.75