Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma

Cinécure est un site appartenant à Charles Declercq et est consacré à ses critiques cinéma, interviews. Si celui-ci produit des émissions consacrées au cinéma sur la radio RCF Bruxelles, celle-ci n’est aucune responsable du site ou de ses contenus et aucun lin contractuel ne les relie. Depuis l’automne 2017, Julien apporte sa collaboration au site qui publie ses critiques.

Aaron et Adam Nee
Le Secret de la Cité Perdue (The Lost City)
Sortie du film le 20 avril 2022
Article mis en ligne le 19 avril 2022

par Julien Brnl

Genre : Comédie

Durée : 112’

Acteurs : Sandra Bullock, Channing Tatum, Daniel Radcliffe, Da’Vine Joy, Randolph, Oscar Nunez, Patti Harrison...

Synopsis :
Loretta Sage, auteure brillante mais recluse, a passé sa carrière à écrire sur des lieux exotiques dans ses romans d’amour et d’aventure très populaires, dont le beau mannequin Alan en incarne son héros, Dash. Alors qu’elle est en tournée pour promouvoir son nouveau livre avec Alan, Loretta est kidnappée par un milliardaire persuadé qu’elle pourra le conduire au trésor de l’ancienne cité perdue de sa dernière histoire. Voulant prouver qu’il peut-être un héros aussi dans la vraie vie, Alan part à sa recherche. C’est le début d’une aventure épique au milieu de la jungle !

La critique de Julien

Dans cette comédie romantique d’action, Sandra Bullock incarne Loretta Sage, une brillante romancière d’histoires mêlant romantisme et aventure dans des décors exotiques, elle qui vit recluse depuis la disparition de son époux. C’est blasée qu’elle doit alors écrire les nouvelles aventures de son héros fictif nommé Dash McMahon, qui est interprété par le modèle de couverture Alan Caprison, joué par Channing Tatum. En tournée forcée avec ce dernier qu’elle considère comme un abruti, Loretta se retrouvera alors kidnappée par un milliardaire excentrique (Daniel Radcliff), persuadé qu’elle pourra l’aider à trouver l’île lointaine de la Cité Perdue, où siégerait « la Couronne de Feu », soit un trésor inestimable. En effet, Loretta a basé ses livres sur des recherches qu’elle a faites autrefois avec son mari archéologue. Témoin de son enlèvement, Alan, secrètement amoureux de Loretta, tentera alors de prouver qu’il peut être à la hauteur du héros qu’il incarne dans les livres, en se lançant ainsi à la rescousse de la romancière, dans la jungle, alors qu’un volcan actif menace de détruire l’île...

Mis en scène par les Américains et méconnus frères Nee, d’après une histoire de Seth Gordon (« Comment Tuer son Boss ? »), « Le Secret de la Cité Perdue » est le genre de film au pitch totalement improbable, n’ayant alors d’autre prétention que celle de divertir, sans se prendre au sérieux, avec un humour très bébête, des personnages secondaires caricaturaux (un traqueur humain sans scrupule et homme d’action à la chevelure héroïque, une éditrice de couleur, alors très maniérée et au caractère bien trempé, ou encore un criminel colérique, excentrique et cupide), et une idylle qui se laisse deviner à des kilomètres à la ronde. Mais c’est surtout l’occasion de voir Sandra Bullock en boule à facettes ambulante. L’actrice porte ici une grenouillère fuchsia pailletée tout au long d’une aventure au cœur d’une nature sauvage, où elle sera notamment amenée à échapper aux balles, à grimper une montagne, à allumer du feu, ou encore à emprunter d’étroites crevasses, le tout sans perdre une seule touche de maquillage, et accompagnée par son partenaire de jeu, Channing Tatum, lui qui lui fera enlever les sangsues amassées sur ses (?) fesses, lequel profite ici de la moindre occasion pour également enlever le haut. Sans oublier une petite morale d’amour idéal, évidemment, liée au trésor en question ; désir ici de toutes les convoitises.

Pour un moment de cinéma un samedi soir, « Le Secret de la Cité Perdue » fait donc le job, avec une rom-com à l’action à revendre (bien qu’un peu trop de fonds verts, avec d’ailleurs des montages à perte de vue malgré le fait que le lieu principal de l’intrigue nous soit vendu comme une petite île), des acteurs (devenus rares) n’ayant pas peur du ridicule (dont un explosif - mais express - caméo de Brad Pitt), et des répliques qui font souvent mouche, avec un sens inné de la répartie pour le personnage de Bullock. Bref, c’est une gentillette comédie, parfois désopilante, comme seul Hollywood peut nous en servir, et qui ne ressemble à aucune autre récente, bien qu’elle manque d’originalité, et finalement d’aventure. Mais une chose est certaine : face à Sandra Bullock, Dora peut bien aller... se rhabiller !



Espace privé RSS

2014-2023 © CINECURE - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.5.75