Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma

Cinécure est un site appartenant à Charles Declercq et est consacré à ses critiques cinéma, interviews. Si celui-ci produit des émissions consacrées au cinéma sur la radio RCF Bruxelles, celle-ci n’est aucune responsable du site ou de ses contenus et aucun lin contractuel ne les relie. Depuis l’automne 2017, Julien apporte sa collaboration au site qui publie ses critiques.

James Huth
Le Nouveau Jouet
Sortie du film le 19 octobre 2022
Article mis en ligne le 31 octobre 2022

par Julien Brnl

Genre : Comédie

Durée : 112’

Acteurs : Jamel Debbouze, Daniel Auteuil, Simon Faliu, Alice Belaïdi...

Synopsis :
Sami vit heureux dans une cité de banlieue, entre ses amis, voisins et sa femme Alice. Pour l’anniversaire de son fils, l’homme le plus riche de France fait ouvrir le grand magasin qui lui appartient. Alexandre choisit Sami, le gardien de nuit, comme nouveau jouet...

La critique de Julien

N’ayant vu (à tort ou à raison) la version du « Jouet » de Francis Veber datant de 1976, nous ne pourrons pas... jouer ici au jeu des sept erreurs (et plus) avec celle de James Huth, dans laquelle Jamel Debbouze reprend le rôle de Pierre Richard, et Daniel Auteil celui de Michel Bouquet. S’éloignant un peu de la « dureté » de l’original, et allant vers « plus d’humanité » d’après les dires de son metteur en scène, ce remake était-il nécessaire, et est-il toujours d’actualité ?

Tandis qu’il a notamment réalisé des comédies à gros moyens, telles que les deux « Brice de Nice » (d’après le personnage créé par Jean Dujardin) ou encore « Un bonheur n’Arrive Jamais Seul » (2012) avec Sophie Marceau et Gad Elmaleh, le cinéaste français met ici en scène un certain Samy (Debbouze), un homme paresseux qui vit de petites combines, lui qui habite dans une cité en banlieue parisienne avec son épouse Alice (Alice Belaïdi), enceinte jusqu’au cou. Contraint de trouver un emploi convenable, Samy se retrouvera alors à faire le vigile de nuit dans un célèbre magasin de luxe parisien, alors que son épouse vient d’autant plus de perdre son boulot, comme pratiquement tous les habitants de la cité, eux dont la société qui les employait appartient au géant et richissime homme d’affaires Philippe Etienne (Auteil). Alors que son père a justement privatisé le rayon jouets des lieux pour son anniversaire, Alexandre Etienne (Simon Faliu), pourri gâté et capricieux, choisira, à n’en pas démordre, une seule et une chose : Samy. N’ayant d’autres choix que d’accepter, Samy sera contrait de faire le jouet, pour régler ses dettes, dans le dos de ses proches...

Prévisible et standard dans l’approche de ses thèmes, « Le Nouveau Jouet » est typiquement le genre de comédie où chacun de ses personnages se retrouvent dans une impasse, mais de laquelle ils arriveront à en sortir, en s’aidant mutuellement les uns les autres, et où tous ressortiront grandis, un peu plus unis qu’au départ. Il y a d’une part un homme et père froid - mais pas méchant - qui s’est focalisé sur son travail depuis le décès de sa femme (un an plus tôt), et qui ne sait plus dire « je t’aime » à son fils... Ce dernier, d’autre part, lui en veut de s’être très mal pris avec la maladie de sa maman, lequel, sans ami, s’est réfugié dans un monde imaginaire, sans oublier un pétillant gars des cités chaleureux, généreux, et surtout immature...

On devine assez facilement où tout cela va aboutir, alors que James Huth ne perd pas de vue la fracture sociale dont il était sujet dans le premier film, entre libéralisme et marchandisation humaine, où l’argent (et l’enfant) est roi, mais ne fait - évidemment - pas le bonheur, tout en y confrontant le choc des classes sociales. « Le Nouveau Jouet » se veut d’ailleurs plus social (fermeture d’une usine, mobilisation du syndicat, etc.), conscientisant (Sami envers Etienne), contemporain (la place des réseaux sociaux) et de surcroît mélodramatique, entre deuil maternel et relation paternelle déstabilisée. Le personnage principal, joué par Jamel Debbouze, avec toute la fougue et le peps qu’on lui connaît, va quand à lui être critiqué pour avoir été le jouet de quelqu’un, alors que tout ceux qui le critiquent le sont aussi, quelque part, étant donné qu’ils travaillent pour un patron, qui n’est autre que le même que celui de Samy ! Face à lui, dans la peau du petit Alexandre, on retrouve le très jeune Simon Faliu, lequel joue un enfant de prime abord détestable, avant de nous retourner, comme si de rien n’était. Son père, interprété par Daniel Auteuil, fait ce qu’il sait faire, donnant à voir quelques moments de comédie volontairement gênants, mais très attendrisants, lorsque qu’il essaie de se rapprocher maladroitement de son fils. Mais celui-ci assez insensible face à Debbouze et Faliu, lesquels forment alors un joli tandem, évoluant au sein d’une mise en scène énergique, bourrée de fantaisie à l’américaine, et de bons sentiments. Il se pourrait d’ailleurs même que vous versiez une petite larmichette...



Espace privé RSS

2014-2023 © CINECURE - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.5.75