Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma sur RCF

CINECURE pas un blog mais le complément sur le web des émissions radio du même nom produites par Charles De Clercq pour la radio RCF en Belgique. Celui-ci est sensible aux émotions dont il se nourrit et aime analyser les rapport entre films et romans lorsque ceux-ci sont adaptés au cinéma.

Lucija Stojevic
La chana
Sortie le 31 mai 2017
Article mis en ligne le 10 mai 2017

par Charles De Clercq
Imprimer logo imprimer

Un documentaire foutraque et soporifique sur une artiste (inconnue) illustre ! 25/100

Synopsis : Le film nous amène dans la peau et dans l’esprit de La Chana, une danseuse de flamenco, alors qu’elle retourne sur scène pour livrer une ultime performance après une pause de 30 ans. En chemin, La Chana révèle le secret qui se cache derrière sa disparition alors qu’elle était au sommet de sa carrière.

Le synopsis ci-dessus est celui que les spectateurs découvrent sur le site Cinébel. Celui de l’invitation envoyée aux journalistes pour la vision presse était autrement plus alléchant : Antonia Santiago Amador a été l’une des plus grandes stars mondiale du flamenco. Dans les années soixante et soixante-dix, elle a défrayé la chronique « La Chana » avec son style innovant et des rythmes à couper le souffle. Peter Sellers, avec qui elle joue dans le film THE BOBO (1967), l’a amené à Hollywood. Mais au plus haut de sa carrière, elle a soudainement disparu de la scène.

La Chana donne un aperçu dans le cœur et l’âme de la danseuse gitane quand, après deux décennies, une fois de retour sur le podium. Assise, mais toujours avec le jeu de jambes impressionnant. Le film révèle en outre le secret de sa disparition soudaine : elle a vécu les violence familiale de son premier mari.

Dans cette histoire fascinante sur la créativité, le temps qui passe et la persévérance, La Chana montre le contraste entre l’artiste sur scène, et la femme dans sa vie quotidienne.

Du reste, les requêtes Google donnent très peu d’informations sur l’une des plus grandes stars mondiale du flamenco ! et, à dire vrai, le film, passablement ennuyeux n’a pas appris grand-chose. On suppose donc que la réalisatrice serbe Lucija Stojevic (dont c’est le premier film) doit être une fan de La Chana. Qu’elle soit une illustre inconnue ou une inconnue illustre, peu importe, pourquoi pas ! Mais outre l’intérêt très limité d’un documentaire qui aurait sa place sur Arte après 23h00 (au risque cependant de voir s’assoupir les téléspectateurs) celui-ci est, désolé, carrément « mal foutu » ! Certes la dame a eu son heure de gloire... Salvatore Dali est allé la voir avec son grand chat (un fauve !) et Peter Sellers l’adulait... mais bon... il faut encore rendre cela attrayant ou passionnant. Or ce ne l’est pas. Il y a quelques éléments intéressants, notamment la place de la femme chez les gitans, soumise à l’homme, battue parfois et qui n’a droit à aucune liberté, artistique ou autre. Il y a bien de rares moments d’émotions, mais que la sauce est mal liée. Tout comme il y a peu d’informations sur Google, la réalisatrice a peu de documents à fournir entre les intermèdes où elle fait notamment parler l’artiste. Des images d’archives de la télévision espagnole des années 70 (probablement du Betamax gonflé pour le docu) dont les plans sont réutilisés à de multiples reprises. Il y bien de nombreuses photos dont le générique précise qu’il n’y a ni date ni source ! C’est d’ailleurs un des gros problèmes du documentaire. Celui-ci n’étant pas chronologique, la réalisatrice aurait été bien avisée de situer et dater les événements. Tout cela donne une impression de brouillon que même un tournage à petit budget (douze mille euros en crowdfunding) n’excuse pas !

Comme souvent, lorsque Cinécure n’a pas apprécié un film, un lien vous est proposé vers une critique positive. C’est le cas de Véronique Chartier - qui a participé à l’émission Les 4 sans coups du mois de mai - sur le site Ecran et Toile.


flèche Sur le web : Lien vers la fiche IMDB

Mots-clés associés

Au hasard...

0 | 10 | 20 | 30

Sage femme
le 27 février 2017
Liên de Mê Linh (Guerres et crimes de guerre)
le 25 septembre 2014
Rodin
le 24 mai 2017
Forushande (The Salesman / Le client)
le 15 octobre 2016
Night Moves
le 1er septembre 2014
La chute de Londres (London Has Fallen)
le 2 mars 2016
Le manoir
le 2 mai 2017
The Longest Ride
le 2 mai 2015
The Beatles : Eight Days A Week - The Touring Years
le 28 septembre 2016
National Gallery
le 10 décembre 2014


pucePlan du site puceEspace rédacteurs puce

RSS

2014-2017 © CINECURE - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.2