logo article ou rubrique
Laurent Lafitte
L’Origine du Monde
Sortie du film le 15 septembre 2021
Article mis en ligne le 11 octobre 2021

par Julien Brnl

Genre : Comédie

Durée : 97’

Acteurs : Laurent Lafitte, Karin Viard, Vincent Macaigne, Hélène Vincent, Nicole Garcia...

Synopsis :
Jean-Louis réalise en rentrant chez lui que son cœur s’est arrêté. Plus un seul battement dans sa poitrine, aucun pouls, rien. Pourtant, il est conscient, il parle, se déplace. Est-il encore vivant ? Est-il déjà mort ? Ni son ami vétérinaire Michel, ni sa femme Valérie ne trouvent d’explication à cet étrange phénomène. Alors que Jean-Louis panique, Valérie se tourne vers Margaux, sa coach de vie, un peu gourou, pas tout à fait marabout, mais très connectée aux forces occultes. Et elle a une solution qui va mettre Jean-Louis face au tabou ultime...

La critique de Julien

« L’Origine du Monde », c’est avant tout un tableau peint de nu féminin réalisé par Gustave Courbet, datant de 1866. Ensuite, c’est aussi une pièce de théâtre écrite par Sébastien Thiéry, et jouée au Théâtre du Rond-Point en 2013, et dont l’histoire fait explicitement référence à cette œuvre. C’est aujourd’hui aussi, en bout de course, le titre de la première réalisation de Laurent Lafitte. Initialement prévu dans nos salles il y a un an, son film fut d’ailleurs présenté au Festival du Film Francophone de Namur l’année dernière, avant de voir sa sortie repoussée à bien plus tard. Librement adapté de la pièce éponyme de Sébastien Thiéry, « L’Origine du Monde » permet à Lafitte de jouer la carte du premier degré absolu, sans réalisme, autour d’une histoire liée au poids du secret familial, et à la difficulté de s’émanciper lorsque l’on a grandi dans le mensonge, ce qui est ainsi le cas du personnage principal du film, joué par le réalisateur lui-même, lui qui a justement l’impression de vivre dans le mensonge, et de ne plus avoir l’énergie de donner le change...

Alors que la pièce commence quand le cœur de Jean-Louis s’arrête de battre, Lafitte a ajouté au film une première partie permettant d’installer ses personnages dans leur vie sociale, alors que le principal intéressé, Jean-Louis, à très bien réussi la sienne, en témoigne le générique d’ouverture, filmant les objets de luxe dans son appartement, lui qui a coupé avec ses origines pour réussir par lui-même. Sauf que son mariage avec Valérie (Karin Viard) bat de l’aile, avec une vie sexuelle en panne. Mais son ami vétérinaire Michel (Vincent Macaigne), divorcé, est là pour lui changer les idées, le rassurer, et le remettre sur un certain piédestal... Jusqu’au moment où son cœur s’est arrêté de battre, tout en étant toujours bien conscient, inexplicablement. Jean-Louis n’aura alors d’autre choix que de renouer avec sa mère Brigitte (Hélène Vincent) afin de lui demander quelque chose d’assez gênant, et problématique, et cela d’après les conseils douteux de la « coach de vie » légèrement gourou de Valérie, Margaux (Nicole Garcia).

Cinéma de théâtre burlesque très cadré et chorégraphié dans sa mise en scène, « L’Origine du Monde » n’amuse guère que son metteur en scène et ses acteurs, malgré l’humour grinçant de l’ensemble. Bien plus, en effet, embarrassant que mordant et cru, on sent que Lafitte n’a pas eu peur de se mettre (littéralement) à nu, embarquant avec lui ses compagnons - engagés - de jeu dans ce délire adapté décoiffant dans son fond (sans aller cependant jusqu’au bout des choses), mais moins dans la forme. De plus, s’il a voulu rendre « la chose » moins indigeste et bavarde qu’au théâtre, son film n’en demeure pas moins trop millimétré pour paraître naturel dans son humour de situation et ses quiproquos en huit clos. N’en déplaise, « L’Origine du Monde » se laisse regarder, même si l’on aurait préféré avoir un coussin avec nous afin de nous éviter certaines horreurs, dévoilées de part et d’autre de la pauvre Hélène Vincent, elle qui apporte, du haut de ses près de quatre-vingts ans, tout le sel de cette histoire, dans le rôle d’une mère sacrement perchée, derrière ses airs de pauvre petite personne...