Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma sur RCF

CINECURE est le complément sur le web des émissions radio du même nom produites par Charles De Clercq pour RCF.

David Roux
L’ordre des médecins
Sortie en France le 23 janvier 2019
Article mis en ligne le 1er octobre 2018
dernière modification le 2 octobre 2018

par Charles De Clercq
logo imprimer

Un film pudique, profondément juste et humain qui s’inscrit dans la vie familiale même du réalisateur. Jérémie Renier transcende le film avec un rôle tout en vérité. 81/100

Synopsis : A 37 ans, Simon est un médecin aguerri, qui côtoie la mort tous les jours dans son service de pneumologie. En bon professionnel, il a appris à s’en protéger. Mais quand sa mère est hospitalisée dans un état critique dans un service voisin, l’intime et le professionnel se télescopent. Tout l’univers de Simon, toutes ses certitudes et ses convictions vacillent.

Acteurs : Jérémie Renier, Marthe Keller, Zita Hanrot

Que voilà un film qui sort des images habituelles et des clichés des films et séries médicaux ! Nous sommes bien loin d’Urgence et ses avatars, de Dr House ou encore du récent Good Doctor. Nous sommes ici dans le réel, le concret, le tragique et la terrible banalité du quotidien. Nous sommes entré en salle de vision presse sans avoir lu quoi que ce soit au sujet de ce film et il nous semblait qu’il s’agissait d’un documentaire, dans la foulée de Mitra qui nous avait fortement déçu un jour plus tôt ! Dès le début du film, nous avons découvert une fiction, car c’est bien d’une fiction qu’il s’agit, qui oscillerait entre Réparer les vivants, une fiction, là-aussi, tirée d’un roman homonyme et un documentaire de Nicolas Philibert, De chaque instant. Bien plus, ayant vécu les derniers mois en hôpital, les ambiances et scènes du film semblaient vraies et vraisemblables. Enfin, Jérémie Renier était tout en justesse dans le rôle de ce médecin pneumologue (qui, soit dit en passant, fume beaucoup... trop).

Le film se découpe en trois parties, d’inégales longueurs. La première où Simon est en blouse médicale, la deuxième où il est « en civil » et plus « reconnu » comme médecin et, enfin, la troisième, est un court épilogue où Simon a revêtu son uniforme blanc qui le distingue dans l’hôpital et l’auréole de la compétence qui doit le préserver de la fragilité (celle-là même qui fut au cœur de la deuxième partie et de sa scène finale). La fragilité est déjà-là cependant, lorsque l’on descend dans les sous-sols pour quémander et fumer un joint auprès et avec un infirmier.

Tout l’enjeu du film tient à cette rencontre entre l’humain (et le fils) qui se trouve sous la carapace du médecin. Comment faire face à la mort annoncée, inexorable - pas celle attendue de façon « philosophique » pour chacun de nous - qui vient, ici et maintenant, pour cette femme-là, qui est ma mère ? En ce lieu-là et en ces instants, le professionnel se fait humain, redevient humain et doit gérer, pour lui et ses proches. Que faire aussi lorsqu’un père croit que son fils, médecin et donc tout-puissant contre la mort, pourra sauver l’épouse et mère ? Que faire si les confrères et consoeurs ne voient pas d’issue favorable et que la malade, la première concernée, s’abandonne, avec crainte et effroi aux portes de la mort qui vont s’ouvrir pour elle ? Comment gérer cela dans une famille juive, où un couple se déchire et leurs enfants posent la question « dis mammy, où seras-tu quand tu mourras ? » ? Et c’est alors, peut-être qu’un chant funèbre yiddish pourra résonner dans la chambre de celle qui se meurt, grâce aux amies choristes de celle qui ne peut plus s’accrocher à sa vie !

Ce n’est qu’après avoir vu un film tout en vérité, pudique jusque dans l’impudeur du cancer et de la mort toujours si proche que nous avons découvert qu’il s’agit d’une fiction « autobiographique ». Simon, c’est le frère du réalisateur (leurs parents sont médecins) médecin qui est pneumologue. C’est l’histoire de la mort de leur mère, de la visite de sa chorale, de l’abandon de son combat. Au départ, David Roux écrit ce film dans le cadre de l’Atelier Scénario de la Fémis. C’est après la mort de sa mère que le scénario se traduira dans un film. Celui qui nous est proposé ici, premier long métrage, bouleversant d’humanité et transcendé par un excellent Jérémie Renier !

Diaporama

 <br width='500' height='667' />  <br width='500' height='271' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='271' />  <br width='500' height='272' />  <br width='500' height='334' />

Copyright Pyramide Distribution

Bande annonce :

http://cineuropa.org/fr/videoembed/358251/rdid/325409/
Cineuropa - L’Ordre des médecins de David Roux

flèche Sur le web : Lien vers la fiche IMDB


Au hasard...

0 | 10 | 20 | 30

L’amour flou
le 26 septembre 2018
Pitch Perfect 2
le 9 juillet 2015
Le grimoire d’Arkandias
le 1er octobre 2014
Triple Nine (Triple 9)
le 23 février 2016
Ce qui nous lie
le 11 juin 2017
Le goût des merveilles
le 12 décembre 2015
Zurich
le 2 mai 2015
Noces
le 31 janvier 2017
Nico, 1988
le 1er février 2018
Grave
le 26 février 2017
RSS

2014-2018 © CINECURE - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.2.18