Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma

Cinécure est un site appartenant à Charles Declercq et est consacré à ses critiques cinéma, interviews. Si celui-ci produit des émissions consacrées au cinéma sur la radio RCF Bruxelles, celle-ci n’est aucune responsable du site ou de ses contenus et aucun lin contractuel ne les relie. Depuis l’automne 2017, Julien apporte sa collaboration au site qui publie ses critiques.

Jared Stern et Sam Levine
Krypto et les Super-Animaux
Sortie du film le 27 juillet 2022
Article mis en ligne le 1er août 2022

par Julien Brnl

Genre : Film d’animation, familial

Durée : 105’

Acteurs : David Krüger, Christophe Peyroux, Muriel Robin, Olivia Luccioni, Lily Rubens, Marc Arnaud, Denis Brogniart...

Synopsis :
Dans DC LEAGUE OF SUPER-PETS, Krypto le superchien et Superman sont deux amis inséparables : ils possèdent les mêmes superpouvoirs pour combattre, côte à côte, la criminalité qui sévit à Metropolis. Lorsque Superman et les autres membres de la Justice League sont kidnappés, Krypto doit convaincre sa bande de joyeux lurons – Ace le chien, PB, le cochon bedonnant, Merton la tortue et Chip l’écureuil – de bien contrôler leurs tout nouveaux pouvoirs pour sauver les super-héros…

La critique de Julien

Même les héros DC ont leurs animaux de compagnie ! En effet, ici la star du film, c’est Krypto le Superchien, le fidèle compagnon labrador de Superman, lequel a fait sa première apparition dans le numéro 210 d’Adventure Comics datant de mars 1955. Bien qu’arrivé sur Terre après le futur Superman et adopté par Superboy, le toutou est ici arrivé – pour les besoins du film - en même temps que le jeune Kal-El (nom kryptonien de Clark Kent), lequel a grandi à ses côtés, tout en ayant les mêmes pouvoirs et faiblesses que son maître. Alors que ce personnage a déjà eu les honneurs d’une série animée télévisée de 2 saisons en 2005, tout en apparaissant dans d’autres (« Smallville », « Titans », etc.), c’est la première fois qu’un film lui est dédié. Et ce film d’animation marque la première réalisation du genre pour Jared Stern (avec l’aide de Sam Levine), lequel avait déjà participé à « Lego Batman, le Film » et à « Lego Ninjago, le Film », tous deux sortis en 2017, tandis qu’on lui doit également la comédie romantique « Happy Anniversary » (2018) sur Netflix...

Dans « Krypto et les Super-Animaux », les deux acolytes inséparables vivent donc dans la ville de Metropolis, sous leur double identité. Mais alors que Clark est reporter et journaliste au Daily Planet, ce dernier sortira avec sa collègue Lois Lane, ce qui rendra Krypto assez jaloux. Clark cherchera alors à acheter un animal... de compagnie à son meilleur ami, afin qu’il se sente moins seul, et cela en se rendant dans un refuge. Ressortant de là les mains vides, après que Krypto ait empêché un boxer nommé Ace de s’enfuir des lieux, ces derniers seront confrontés à Lex Luthor, ayant attiré sur Terre une météorite de kryptonite orange, dans l’intention d’acquérir des superpouvoirs, lequel sera cependant facilement maîtrisé par Superman et Krypto, bien aidés par la Justice League. Mais Lulu, un cobaye (dans tous les sens du terme) sans poils, testé donc par l’Ex Luthor pour ses expériences, et résidant dans ledit refuge, parviendra à s’emparer d’un morceau de pryptonite orange, conférant en réalité des super-pouvoirs aux animaux. À son insu, tous les autres animaux du refuge en acquerront également, dont Ace, doté d’une super force et d’une invulnérabilité, mais aussi un cochon ventru nommé « PB » (bien qu’en recherche d’un nom de scène), elle qui peut rétrécir et grandir, ainsi que Merton, une tortue capable de super-vitesse, ou encore Chip, un écureuil roux électrokinésiste. Lulu, cochon d’Inde maléfique (et non hamster - gare à celui qui se trompera), répandra alors la terreur dans la ville, bien décidé à libérer son maître, Luthor,...

Alors que le DCU peine à suivre les traces du MCU, bien qu’on pourra découvrir sur nos écrans cette année-ci « Black Adam » (octobre) et « Shazam ! 2 : la rage des Dieux » (décembre, face à « Avatar 2 : la Voie de l’Eau »), celui-ci se diversifie grâce à Warner Bros. Pictures Animation, qui s’attaque ici à la DC League des Super-Animaux, pour le meilleur et aussi - un petit peu - pour le pire. Le scénario, tout d’abord, tire un brin en longueur, tandis que l’animation n’est pas des plus révolutionnaires, alors que l’antagoniste va - une nouvelle fois - se servir de la fameuse Kryptonite pour (chercher à) arriver à ses fins. Cependant, on apprécie le mea-culpa manqué que les péripéties lui offrent, lui qui aurait pu se racheter aux yeux des héros poilus. Mais ce dernier persistera dans sa méchanceté, bien décidé à faire le mal. On a donc à faire ici à un vrai méchant, de surcroît (inutilement) pas très joli (la ressemblance avec le personnage Nerdluck Pound dans « Space Jam » de Joe Pytka est troublante), lequel est doublé par Muriel Robin, elle qui semble s’être beaucoup amusée, et nous avec, en tout cas à l’entendre. Globalement, le doublage français du film est fort plaisant, malgré l’erreur de casting de Denis Brogniart, bien meilleur aux commentaires d’émissions télévisées qu’au doublage de Luthor (bien qu’il ait pourtant réussi à placer ici son célèbre « Ah ! »).

Bourré de références à l’univers DC et offrant même une place de choix à ses super-héros, « Krypto et les Super-Animaux » s’avère être un film d’animation qui a du chien, et qui plaira aux jeunes héros qui sommeillent en vos enfants, d’autant plus qu’il est porté ici par une bande éclectique d’animaux plutôt attachants et marrants, étant donné qu’ils sont très maladroits, eux qui devront d’abord apprendre à maîtriser leurs pouvoirs. Et même si l’on finit par regarder sa montre, force est de constater que cette histoire est remplie de jolis messages, sans pour autant en faire de trop. On y parle forcément d’amitié, de sacrifice (étant donné la nouvelle place de Krypto dans la vie de Superman, que le canidé devra accepter s’il aime vraiment son maître), d’adoption, mais également de fatalité (le triste passé d’Ace, dont on ne dira rien).

Humour et larmes s’invitent donc ici avec une certaine efficacité, tandis que l’écriture des dialogues envoie de la pâtée pour chien, grâce à des répliques et des punchlines qui s’enchaînent à rythme effréné. Le second degré est également présent (à l’image d’un chaton transformé en une machine de guerre, qui crache donc autre chose que des boules de poils), ainsi que de l’autodérision, étant donné que le film se moque gentiment de sa troupe de super-héros DC ou encore d’autres animaux bien connus (Garfield, les Chipmunks et la Pat’Patrouille en prennent pour leur grade). Sans oublier quelques bonnes idées visuelles très fantaisistes, qui parsèment le tout. Bref, « Krypto et les Super-Animaux » parviendra aisément à satisfaire les petits et grands fans de super-héros à deux ou quatre pattes...



Espace privé RSS

2014-2023 © CINECURE - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.5.75