Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma

Cinécure est historiquement lié aux émissions radio consacrées au cinéma par Charles De Clercq sur RCF. Depuis l’automne 2017, Julien apporte sa collaboration au site qui publie ses critiques.

Les critiques de Julien Brnl
KIN : le Commencement
Réalisateur(s) : Josh et Jonathan Baker
Article mis en ligne le 1er octobre 2018

par Julien Brnl
logo imprimer

« Kin : le commencement » tire des balles à blanc, et finira aux oubliettes, sans connaître ses suites promises. C’est ce qu’on appelle rater le coche. 8/20

➡ Vu au cinéma Acinapolis Jambes - Sortie du film le 19 septembre 2018

Signe(s) particulier(s) :

  • les jumeaux Baker adaptent et co-scénarisent ici en long leur court-métrage « Bag Man » sorti en 2014.

Résumé : Eli, jeune adolescent de Detroit, erre dans une usine désaffectée où il découvre par hasard une arme surpuissante, d’origine inconnue, qu’il ramène chez lui. Mais passé l’amusement, Eli réalise qu’on ne soustrait pas impunément une arme aussi redoutable : il se retrouve recherché par des criminels, par le FBI, et par ceux qui semblent être les propriétaires légitimes de l’arme futuriste. Accompagné de son grand frère et d’une jeune danseuse, Eli n’a d’autres choix que de fuir, emportant avec lui un seul bagage : cette mystérieuse arme…

La critique :

Destiné à devenir une nouvelle franchise à succès, « Kin : le Commencent » passe du court au long métrage par ses mêmes réalisateurs. Et il va s’en dire qu’avec un titre pareil, ses producteurs souhaitent poursuivre l’aventure en vue de produire une trilogie, mais un bagage initial pourtant pas plus long que quinze minutes... Inévitablement, le film pâtit de sa transposition, lui qui n’est autre qu’un pseudo film de science-fiction empruntant au mythe héroïque, et cela au travers du parcours d’Eli, un jeune adolescent de Detroit, ayant, semble-t-il, trouvé une arme venue d’ailleurs.

Outre de ce gamin (adopté) en quête de repères, il est aussi question de Jimmy, son frère aîné, qui vient tout juste de sortir de prison, et qui espère se racheter une conduite aux yeux de son père (Dennis Quaid - la mère de famille étant décédée). Autant dire que la relation père-fils est très houleuse, alors que ce dernier ne tardera pas à ramener avec lui à la maison d’anciens démons. Finalement, les deux frères s’en iront très vite en voiture, d’est en ouest, afin d’échapper à leurs assaillants...

Prévisible, ce road-trip futuriste et social puisse énormément dans l’univers tout entier de « Terminator », de là à ne plus avoir grand-chose pour lui. D’ailleurs, tout est écrit d’avance dans ce film sur la découverte de soi et de son destin hors du commun. Faux suspens, personnages stéréotypés et irresponsables, effets visuels peu satisfaisants, dénouement ouvert...

Diaporama

 <br width='500' height='344' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='344' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />

Copyright 2018 Concorde Filmverleih GmbH

Bande annonce :



Au hasard...

0 | 10 | 20 | 30

Oh Lucy
le 26 avril 2018
Sauver ou périr
le 6 décembre 2018
On Chesil Beach / Sur la plage de Chesil
le 19 août 2018
Les Vieux Fourneaux
le 31 août 2018
Désobéissance / Disobedience
le 24 juin 2018
Ant-Man et la Guêpe
le 24 juillet 2018
Astérix et le secret de la potion magique
le 22 décembre 2018
Mauvaises herbes
le 25 novembre 2018
Happy End
le 7 novembre 2017
Les grands esprits
le 16 octobre 2017
RSS

2014-2019 © CINECURE - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.2.28