Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma

Cinécure est historiquement lié aux émissions radio consacrées au cinéma par Charles De Clercq sur RCF. Depuis l’automne 2017, Julien apporte sa collaboration au site qui publie ses critiques.

logo article ou rubrique
Colin Trevorrow (2015)
Jurassic World
Sortie le 10 juin 2015
Article mis en ligne le 9 juin 2015
dernière modification le 22 juillet 2015

par Charles De Clercq

Synopsis : Deux décennies après les événements tragiques de 1993, un nouveau parc a ouvert ses portes sur Isla Nublar, au large du Costa Rica. C’est plus de vingt mille visiteurs qui débarquent chaque jour à « Jurassic World », le « plus grand parc à thèmes jamais construit dans l’histoire humaine » pour profiter pleinement du cadre idyllique de l’île et de ses attractions. Les scientifiques de la réserve biologique, sous la direction du Dr Henry Wu, étudient le comportement des animaux, des dinosaures vivants recréés à partir de leur ADN fossilisé dans de l’ʼambre. Mais alors que tout le monde croyait les leçons du passé assimilées, un nouvel incident éclate, et cette fois dans un zoo bondé.

Acteurs : Chris Pratt, Bryce Dallas Howard, Judy Greer, Jake Johnson, Vincent D’Onofrio, Katie McGrath, Omar Sy, Nick Robinson.

Voici en quelques mots, ce que j’ai pensé de ce film dont la 3D est plus acceptable que d’habitude. Autant dire qu’elle est moins fatigante, que l’image reste lumineuse et qu’elle met en valeur certains effets spéciaux.

Jurassic World n’apporte pas grand-chose de neuf sur le plan de l’intrigue qui est très conventionnelle. Des enfants seront au centre de celle-ci, la famille se souciera (ou pas) d’eux, les dinosaures et dérivés seront encore plus gros, plus spectaculaires. Il y aura un homme solitaire interprété par Chris Pratt (parfois très voir trop monolithique dans son jeu et ses expressions), le mâle alpha quoi, qui va être le moteur de salut pour ceux qui subissent les conséquences d’une expérience qui a mal tourné. En cause, cela va de soi : un savant « fou » et un homme d’affaires qui mise plus sur les profits que sur la sécurité. Il voit aussi plus loin que le parc d’attractions et vise une exploitation militaire du potentiel animal.

Pour ce qui est des dinosaures et autres, ils ont le talent de susciter (parfois) une certaine empathie. Cela est peut-être dû à leur « naturel ». C’est que sous plusieurs d’entre eux, il y a des acteurs humains qui ont été filmés en motion capture.

Au final, malgré le scénario classique et assez prévisible, le film se laisse regarder avec beaucoup de plaisir. Il dialogue d’ailleurs avec le premier et meilleur de la saga, en ajoutant des références, parfois de l’humour et surtout du second degré.

J’ai donc pris plaisir à voir ce film, malgré les fans invités à la projection presse et qui avaient apporté chips et pop corn. En somme, j’étais dans les conditions du réel, comme dans les salles qui dès le lancement de ce quatrième volet Jurassic se rempliront d’un nombreux public !

Un embargo jusqu’au 9 juin à midi, les journalistes peuvent comprendre. Mais si plus de cent cinquante fans sont invités à la projection presse sans être soumis à l’embargo, bonjour Facebook et les tweets. Voilà de quoi décourager un critique cinéma à rendre sa copie !
Alors, si vous souhaitez en savoir un peu plus que ce que j’écris ci-avant, allez lire la critique passionnante d’un ami, Thibault Van der Werve, le rédacteur en chef de Cinephilia.



Au hasard...

0 | 10 | 20 | 30

Sir (Monsieur)
le 18 novembre 2018
(Une) enfance
le 4 septembre 2015
Xenia
le 23 février 2015
Tracers
le 25 janvier 2015
Taxi Teheran
le 18 mars 2015
Bouboule
le 18 décembre 2014
Saul fia (Son of Saul / Le fils de Saul)
le 21 octobre 2015
Mission Pays Basque
le 22 juin 2017
Cars 3
le 16 juin 2017
Le sens de la fête
le 2 octobre 2017
Espace rédacteurs RSS

2014-2019 © CINECURE - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.3.2