Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma

Cinécure est historiquement lié aux émissions radio consacrées au cinéma par Charles De Clercq sur RCF. Depuis l’automne 2017, Julien apporte sa collaboration au site qui publie ses critiques.

logo article ou rubrique
Eric Lartigau
#Jesuislà
Sortie du film le 05 février 2020
Article mis en ligne le 18 février 2020
dernière modification le 22 février 2020

par Julien Brnl

Signe particulier :

  • sixième long métrage pour Éric Lartigau, lui qui tourne ici pour le seconde fois avec Alain Chabat après « Prête-Moi ta Main » (2006).

Résumé : Stéphane mène une vie paisible au Pays Basque entre ses deux fils, aujourd’hui adultes, son ex-femme et son métier de chef cuisinier. Le petit frisson dont chacun rêve, il le trouve sur les réseaux sociaux où il échange au quotidien avec Soo, une jeune sud-coréenne. Sur un coup de tête, il décide de s’envoler pour la Corée dans l’espoir de la rencontrer. Dès son arrivée à l’aéroport de Séoul, un nouveau monde s’ouvre à lui…

La critique de Julien

Après le triomphe de son précédent film « La Famille Bélier » (près de sept millions et demi d’entrées en France), Eric Lartigau revient enfin au cinéma avec « #Jesuislà », un film au drôle de titre, non pas qu’il veuille ici que l’on sache qu’il est bien de retour, mais faisant cependant référence aux réseaux sociaux, et plus précisément ici à l’attente de réponse d’un homme, parti sur un coup de tête rencontrer en Corée du Sud la demoiselle avec qui il échangeait sur Instagram et Skype...

Dans cette comédie douce-amère, Alain Chabat incarne cet homme, ici divorcé et chef cuisinier respecté, ayant alors repris avec succès le restaurant de son père, au Pays-basque, depuis de nombreuses années. Père de deux enfants aujourd’hui adultes (l’un d’eux est bien parti pour perpétuer l’activité), Stéphane cherchera pourtant un peu de piment et de nouveauté dans sa vie. Et pour cela, quoi demander de pire que l’Internet, et son monde virtuel labyrinthique ? Il y fera alors la rencontre d’une mystérieuse Sud-coréenne, Soo (Doona Bae, vue chez Park Chan-wook, Bong Joon-ho ou encore chez les Wachowski - excusez du peu), âgée de 35 ans, avec laquelle il sympathisera. Mais entre ce qui est dit et écrit sur les réseaux sociaux - créant dans son cas un fantasme idéalisé - et la réalité, il y a bien un monde de décalage, et surtout une notion d’exécution de temps qui n’est pas la même. Et Stéphane en fera les frais...

Au travers du voyage de cet être en quête de second souffle, mais qui le conduira pourtant à respirer durant de nombreux jours l’air vicié de l’aéroport de Séoul, Eric Lartigau nous parle de l’inaccessible promesse de l’Internet d’aujourd’hui, qui est davantage perçu ici comme un leurre dans lequel nous nous renfermons et tombons, face à une réalité qui est toute autre. Cependant, ce lâcher-prise vers l’inconnu (pensé pourtant connu) permettra ici à son acteur-moteur d’opérer un retour sur lui-même, et même de se rapprocher des siens. Comme quoi, se déconnecter parfois du notre train-train quotidien est le meilleur moyen de se rapprocher. Alain Chabat porte alors sur ces épaules ce film connecté, dans la peau d’un homme vivant dans la fleur de l’âge, plein d’humilité et d’humanité, et cherchant à vivre un peu pour lui, mais aussi aux yeux du monde, lequel se rendra alors compte, à l’issue du périple, des choses importantes à côté desquelles il est passé durant tout ce temps. Mais comme on dit, « il n’est jamais trop tard »...

Malheureusement, le film tourne trop longtemps en rond et ne nourrit pas suffisamment ses idées, en résulte un manque d’enjeux narratifs, et un rythme nonchalant. En effet, la portée des illusions et désillusions auraient pu être ici beaucoup plus forte et significative si le scénario avait été plus épais. On ressort alors de la séance avec un gout de trop peu (même s’il n’était pas déplaisant), et qui plus est pas vraiment dépaysé par l’aventure.

Dispensable, « #Jesuislà » repose essentiellement par la tendresse et le cabotinage d’un irrésistible personnage campé par Alain Chabat, perdu dans son présent, et cherchant alors un futur dans l’irréalité de l’Internet. Mais il pourra compter ici sur sa bonne étoile, clémente, qui le remmènera ainsi à bon (et bien meilleur) port.

https://www.youtube.com/embed/PI1Lzfo3oY8
❤ #JESUISLÀ Bande Annonce VF (2020) - YouTube

➡ Vu au cinéma Caméo des Grignoux



Espace rédacteurs RSS

2014-2020 © CINECURE - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.3.48