Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma sur RCF

CINECURE pas un blog mais le complément sur le web des émissions radio du même nom produites par Charles De Clercq pour la radio RCF en Belgique. Celui-ci est sensible aux émotions dont il se nourrit et aime analyser les rapport entre films et romans lorsque ceux-ci sont adaptés au cinéma.

Kimo Stamboel et Timo Tjahjanto
Headshot
Sortie au BIFFF le 5/4/17
Article mis en ligne le 7 avril 2017

par Charles De Clercq
Imprimer logo imprimer

Présentation BIFFF : Un jeune inconnu avec un trou de balle (dans la tête) est retrouvé inconscient sur une plage indonésienne avant d’être rapidement pris en charge par un hôpital local. Plongé dans le coma, le jeune inconnu avec un trou de balle (dans la tête) peut compter sur Ailin, une jeune doctoresse qui veille sur lui. Grande fan de Moby Dick, elle décide d’ailleurs de l’appeler Ismaël, à défaut de connaître son vrai prénom. Mais, lorsque Ismaël se réveille deux mois plus tard, il ne se souvient de rien. Tout ce qu’il sait, c’est qu’il est en vie et en bonne santé. Le reste ? Franchement, comme dirait notre Kevin De Bruyne, il s’en bat les couilles. À ceci près qu’il a toujours un trou de balle (dans la tête). Ailin lui propose alors de l’emmener à Djakarta afin de le soigner définitivement, mais le trajet va très vite être court-circuité par les membres d’un gang redoutable qui a une notion très flottante du dommage collatéral. Alors que les victimes se mettent à tomber comme des mouches, Ismaël comprend qu’il est la cible principale de ces vilains messieurs. Et si les susmentionnés salopards sont autant à lui tomber sur le paletot, c’est pour une raison très simple qu’il va découvrir non sans plaisir : Ismaël est la pire machine à tuer que l’on n’ait jamais créée, avec ou sans trou de balle (dans la tête)…

Déjà présents avec Macabre (BIFFF 2010) et Killers (BIFFF 2014), les Mo’ Brothers reviennent une nouvelle fois et démontrent la redoutable efficacité du cinéma indonésien. Leur recette ? Elle est aussi redoutable qu’opportuniste : recycler un pitch à la Jason Bourne et l’adapter aux talents incroyables de Iko Uwaïs (The Raid 1&2, Star Wars VII) pour un tour à 200 à l’heure sur les montagnes russes de la baston visuelle ! Un régal plein de trous de balle (et pas seulement dans la tête) !

Acteurs : Chelsea Islan, David Itendrawan, Iko Uwais, Julie Estelle, Sunny Pang, Very Tri Yulisman, Zack Lee

Ma cotation BIFFF :

JPEGJPEGJPEGJPEG

Au-delà de la présentation très « BIFFF » en guise de synopsis, c’est un petit film très sympathique qui cherche à courir dans la cour des grands du style RAID sans cependant les atteindre et si une note objective tournerait autour de 5,5 ou 6/10, il faut reconnaitre que j’ai eu beaucoup de plaisir à voir ce film. Tout comme les spectateurs habituels du Festival, j’ai vibré à cette histoire qui assume son second degré sans se prendre au sérieux. Bien entendu, le héros sans nom, même s’il est renommé (je joue sur le mot, là !) Ismaël s’avérera être très très compétent en close-combat et en tir. Iko Uwais interprète ce héros solitaire qui revient des enfers (c’est symbolique) pour y retourner et y rester ou pas. Il le fait avec une présence à l’écran dans des combats superbement chorégraphiés. Bien sûr il y aura de très mauvais qui entreront dans le jeu, mais aussi une femme, mauvaise et une « bonne » ! Donc la bonne, les brutes et l’amnésique. Tout cela est jubilatoire, n’a peut-être pas beaucoup de moyens, mais, malgré les trous, il y en a dans la tête !

Bande-annonce :

https://www.youtube.com/embed/WO66hjaSo3s
Headshot | BIFFF 2017 - YouTube

flèche Sur le web : Lien vers la fiche IMDB


pucePlan du site puceEspace rédacteurs puce

RSS

2014-2017 © CINECURE - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.22