Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma sur RCF

CINECURE pas un blog mais le complément sur le web des émissions radio du même nom produites par Charles De Clercq pour la radio RCF en Belgique. Celui-ci est sensible aux émotions dont il se nourrit et aime analyser les rapport entre films et romans lorsque ceux-ci sont adaptés au cinéma.

Keiichi Saito et Yasushi Kawamura
Gantz : 0
Sortie au BIFFF le 10/4/17
Article mis en ligne le 10 avril 2017
dernière modification le 13 avril 2017

par Charles De Clercq
logo imprimer

Présentation BIFFF : Masaru Kato ne comprend pas : le coup de couteau était pourtant bien placé, il avait même suivi son âme en train de s’extraire de son enveloppe corporelle, suivi le long tunnel avec la lumière blanche au bout et puis, plus rien. Pas même un drink d’accueil avec un petit morceau de harpe ! Au lieu de ça, Kato se réveille dans une petite pièce en compagnie de Reika et ses coéquipiers, qui ont tous l’air de partir à une soirée BDSM avec leur attirail de barbouze… L’un d’eux explique alors à Kato qu’ils sont bel et bien tous morts, mais qu’une orbe nommée Gantz se sert d’eux comme mercenaires taillables et corvéables à merci. Kato n’a même pas le temps de leur demander ce qu’ils ont fumé qu’ils sont tous télé-transportés à Osaka, où notre bonhomme va se rendre compte à quel point le barbu céleste est le geek ultime : confrontés à une vague de monstres qui feraient passer tous les Godzilla pour un gentil terrarium de petit joueur, Kato et les autres mercenaires morts-vivants n’auront d’autre choix que de dégommer du lézard mutant s’ils tiennent à revenir à la vie…

Après les deux adaptations réussies de Shinsuke Sato, le célèbre manga de Hiroya Oku est une nouvelle fois porté à l’écran, suivant cette fois l’arc d’Osaka (pour ceux qui ont lu l’intégrale des 37 volumes) ! Plutôt que du live action comme ses prédécesseurs de 2010 et 2011, le Gantz : 0 de Kawamura et Saitô est une adaptation 3DCG bénéficiant des techniques de pointe de Digital Frontier, à qui l’on devait déjà Appleseed, Final Fantasy et Evangelion 1,0 !

Acteurs : Chris Jai Alex, Daisuke Ono, M. A. O., Kenjiro Tsuda, Saori Hayami, Yuki Kaji

Ma cotation BIFFF :

JPEGJPEGJPEG

Découverte d’un étonnant film d’animation japonais, visionné sur les conseils de quelques amis parisiens fans du BIFFF et qui rejoignent Bruxelles chaque année. Je ne connaissais pas cet univers de Gantz et il m’a probablement manqué quelques fils conducteurs pour comprendre l’intrigue dont on trouvera ci-dessus l’excellente présentation par l’équipe de rédaction du BIFFF dont on ne peut qu’apprécier la façon de mettre les scénarios en valeur. A défaut de comprendre toutes les composantes de l’intrigue, on se laisse captiver par les images et ces histoires de morts vivants et de monstre gargantuesques (dont on ne sait pas trop d’où ils viennent). Le rendu des images était fascinant. Sans être photo-réaliste, il m’a cependant bluffé tant il donnait l’impression d’avoir affaire à de vrais visages humains mais lissés de manière informatique.

Nous sommes dans un univers de type jeu vidéo et filmé aussi comme un tel jeu... auquel s’ajoute un autre jeu, ou d’autres jeux, ceux de l’amour (mais pas de hasard) et ceux de l’amitié, la fraternité, l’entraide... voire la rivalité entre ces morts qui pour un bonus ultime de cent points pourront retrouver la vie ou la redonner à un autre participant du « jeu » !

https://www.youtube.com/embed/6X2nc1nTa5Y
Gantz : O | BIFFF 2017 - YouTube

flèche Sur le web : Lien vers la fiche IMDB


Mots-clés associés



Plan du site Espace rédacteurs puce

RSS

2014-2017 © CINECURE - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.57