Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma

Cinécure est historiquement lié aux émissions radio consacrées au cinéma par Charles De Clercq sur RCF. Depuis l’automne 2017, Julien apporte sa collaboration au site qui publie ses critiques.

logo article ou rubrique
Damiano et Fabio D’Innocenzo
Frères de Sang / La Terra dell’Abbastanza
Sortie le 29 mai 2019
Article mis en ligne le 10 juin 2019

par Julien Brnl

Signe(s) particulier(s) :

  • premier long métrage de frères jumeaux D’Innocenzo ;
  • présenté à la 68e Berlinale dans la section « Panorama », le film a été distingué en Italie du prix du Meilleur nouveau réalisateur, du prix spécial du Meilleur scénario aux frères d’Innocenzo, ainsi que de la Meilleure première œuvre aux Rubans d’argent 2018, soit une cérémonie de récompenses cinématographiques organisée par le syndicat national des journalistes cinématographiques italiens.

Résumé : Banlieue de Rome. Manolo et Mirko sont inséparables. Ils vont au lycée et font des petits boulots. Un soir Mirko, au volant, renverse un piéton et Manolo lui fait prendre la fuite. L’occasion de leur vie ! L’homme était recherché par un clan mafieux qui les embauche. Leur carrière criminelle commence.

La critique de Julien

Jusque-là inconnus au bataillon, les frères d’Innocenzo réalisent ici un premier film sombre et nerveux autour d’une solide amitié pourtant éclatée par un accident involontaire, et l’opportunité inespérée qu’il va alors éveiller, soit celle d’appartenance à un groupe de criminels de zone et, en amont, celui du rêve naïf de pouvoir changer de vie...

Mirko et Manolo habitent ainsi en périphérie de Rome, soumise à un contexte socio-économique peu flatteur, et fréquentent la même école hôtelière. Alors qu’ils s’impatientent à terminer les études afin d’ouvrir un bar, les deux jeunes renverseront malencontreusement quelqu’un en voiture, tandis qu’ils prendront la fuite. Sauf que cet accident leur permettra de rejoindre le clan de Pantano, étant donné que la victime était recherchée par celui-ci. Ils recevront alors le respect et l’argent qu’ils n’ont jamais eus, et les ennuis qui vont avec, fermant, petit à petit, et sans s’en rendre compte, les portes de la vie normale qu’ils ont toujours souhaitée...
« Frères de Sang » ne passe pas par quatre chemins pour représenter l’engrenage sans issue dans lequel se retrouvent embarqués ces deux amis, agissant sans réfléchir à leurs actes criminels, et répondant aux ordres sans ronchonner, fières de se sentir enfin utiles. Une aubaine pour le clan Pantano, alors que ses ennemis ne les connaissent pas (encore).

S’ils nous montre ainsi la criminalité en hors champ, et de manière retenue, le film n’en demeure pas moins violent et destructif envers ces jeunes, et leur vain espoir. On comprend très vite que cette histoire ne pourra pas se terminer comme on l’espérait pour eux, laquelle bascule rapidement dans un rapide dédale immersif tragique. La mise en scène des frères d’Innocenzo épouse d’ailleurs cette idée de fatalité, d’où un soleil aux abonnés absents, et une photographie grisâtre. Une certaine tension se dégage aussi des dangereuses péripéties de ces deux amis, lesquels s’éloignent l’un et l’autre d’eux-mêmes.

Illustrant la part lugubre de la banlieue de la capitale italienne (là où ont grandi les réalisateurs) ainsi que le monde vampirisant de la Mafia, le film victimise ses deux personnages principaux et son amitié au nom d’une quête, malheureusement inaccessible dans sa manière. Dans le genre, c’est terrible, mais quelque part absolument efficace pour montrer la perte d’innocence d’une jeunesse qui croit en (encore) sa chance.



Espace rédacteurs RSS

2014-2019 © CINECURE - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.3.7