Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma

Cinécure est historiquement lié aux émissions radio consacrées au cinéma par Charles De Clercq sur RCF. Depuis l’automne 2017, Julien apporte sa collaboration au site qui publie ses critiques.

Les critiques de Julien Brnl
Frères Ennemis
Réalisateur(s) : David Oelhoffen
Article mis en ligne le 16 octobre 2018

par Julien Brnl
logo imprimer

« Frères Ennemis » est plutôt réussi dans son genre, même s’il ne s’en éloigne pas en termes de construction narrative, ni en représentation du milieu concerné. En effet, certains clichés persistent. Rythmé, intense, à forte connotation sociale, et porté par deux fortes personnalités écorchées, ce polar assure ses arrières. 13/20

➡ Vu au cinéma Caméo des Grignoux - Sortie du film le 03 octobre 2018

Signe(s) particulier(s) :

  • troisième long métrage du réalisateur et scénariste française David Oelhoffen, qui retrouve d’ailleurs ici l’acteur Reda Kateb après « Loin des Hommes » (2014), son précédent film ;
  • le cinéaste a rencontré (grâce à l’une de ses amies avocates) d’importants trafiquants de drogue, et cela dans le but de mettre en place son scénario, ce qui lui a notamment permis d’ouvrir les yeux sur la vie de ces criminels, bien loin des clichés existants...
    Résumé :
    Manuel et Driss ont grandi comme deux frères inséparables dans la même cité. Mais aujourd’hui tout les oppose. Manuel est à la tête d’un trafic de drogue, alors que Driss est devenu flic. Quand celui-ci est promu aux Stups, son retour bouleverse les équilibres et met Manuel en danger.

La critique de Julien

Dans « Frères Ennemis », Matthias Schoenaerts (Manuel) et Reda Kateb (Driss) interprètent deux « frères » de cité, inséparables durant leur enfance, mais ayant pris des chemins de vie différents. Tandis que le premier tient un trafic de drogue, l’autre est devenu un policier, récemment promu, mais quelque peu infiltré. Mais alors que les affaires de Manuel tournent (très) mal, une profonde remise en question va venir ébranler Driss...

Décidément, les films de trafic de drogue et de corruption devraient devenir un genre à part entière, tant de nombreux cinéastes se lancent dans ce type de projet. La particularité de « Frères Ennemis », c’est qu’il parvient à approfondir le développement psychologique de ses personnages principaux, déchirés entre des thématiques aussi fusionnelles qu’opposées. Ainsi, entre la notion du devoir et du pardon, mais aussi des liens de faux sang entre êtres issus des mêmes racines sociales, David Oelhoffen nous offre un polar musclé, allant jusqu’au bout de ses idées.

Emmené par deux personnages suffisamment développés pour nous permettre de s’intéresser à eux, le film prend racine dans le milieu des banlieues, duquel on découvre une réalité peu flatteuse, témoignée par le travail de recherche et de contact entrepris par le réalisateur, désirant comprendre la réalité du métier, et cela aussi bien du côté de l’institution que de la barrière du trafic de drogue. On y découvre alors un récit baigné d’une image sombre et pessimiste, livrée par une caméra à l’épaule utilisée afin d’augmenter le caractère brut de l’intrigue, et de mettre en valeur les comédiens. Aussi, ces différents plans, mélangés au côté dangereux et imprévus de l’intrigue, permettent d’installer une tension constante, étant donné que n’importe qui peut débarquer d’un coin, sans qu’on ne l’ait vu venir...

Mais le plus grand intérêt du film réside dans ses deux rôles masculins assez puissants, portés par Matthias Schoenaerts et Reda Kateb, et sortant des sentiers battus des personnages rencontrés dans ce genre de film, étant donné les rapports complexes qu’ils entretiennent l’un envers l’autre. Ici, on se prend d’empathie autant pour l’un que pour l’autre, malgré leurs erreurs et degré de culpabilité. C’est que David Oelhoffen parvient ici à mettre en images les contradictions et frontières parfois étroites qui lient leur deux univers, et leurs liens sociaux préexistants.



Au hasard...

0 | 10 | 20 | 30

On Chesil Beach / Sur la plage de Chesil
le 19 août 2018
Lucky
le 26 avril 2018
Au Poste !
le 16 juillet 2018
Under the Silver Lake
le 24 août 2018
Film : 24h Limit (24 Hours to Live)
le 28 janvier 2018
Kingsman : Le Cercle d’Or
le 28 octobre 2017
La Route Sauvage / Lean On Pete
le 27 avril 2018
La Saveur des Rāmen / Ramen Shop
le 13 octobre 2018
L’Insulte / The Insult
le 23 avril 2018
Christ(off)
le 24 août 2018
RSS

2014-2019 © CINECURE - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.2.28