Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma

Cinécure est historiquement lié aux émissions radio consacrées au cinéma par Charles De Clercq sur RCF. Depuis l’automne 2017, Julien apporte sa collaboration au site qui publie ses critiques.

logo article ou rubrique
Elizabeth Chai Vasarhelyi et Jimmy Chin
Free Solo
Sortie le 6 février 2019
Article mis en ligne le 1er avril 2019

par Julien Brnl

Signe(s) particulier(s) :

  • documentaire consacré à Alex Honnold, un grimpeur professionnel réputé pour ses ascensions en solo intégral, et à son ascension en première historique, le 3 juin 2017, d’El Capitan, une paroi de 915 mètres située dans le parc national de Yosemite en Californie ;
  • l’escalade en « free solo », ou solo intégral, est un style d’alpinisme libre et en solitaire, dans lequel le grimpeur n’utilise aucun système d’assurage (ni corde, ni équipement de protection), se fiant uniquement à sa capacité à ne jamais chuter, et impliquant des blessures graves ou la mort en cas de chute, et nécessitant ainsi un important « engagement » mental pour sa pratique ;
  • Oscar du Meilleur film documentaire lors de la 91ème cérémonie des Oscar.

Résumé : Alex Honnold est une légende du « free solo », cette technique d’escalade extrême qui se pratique à mains nues sur des parois élevées, sans être assuré. Dans ces conditions, la moindre erreur peut être fatale. À 30 ans, Alex a déjà relevé tous les défis. Tous, sauf un : l’ascension d’El Capitan, la fameuse formation rocheuse haute de 915 mètres qui s’élève dans le parc national de Yosemite, en Californie. Le réalisateur Jimmy Chin, ami d’Alex, le suit tout au long de sa préparation à ce défi ultime et, pas à pas, sur la paroi.

La critique de Julien

Alex Honnold, ce (vrai) super-héros ! Durant près de deux années, une équipe restreinte de caméramans a suivi le quotidien de ce champion du « free solo », une discipline extrême de l’alpinisme (appelé aussi le solo intégral), qui consiste ainsi à n’utiliser aucun système d’assurage, et qui nécessite donc de nombreuses heures d’entraînements, d’étude des lieux, et de concentration (étant donné que la moindre erreur de placement peut être fatale). Récompensé de l’Oscar du Meilleur film documentaire lors de la dernière cérémonie des Oscars du cinéma, « Free Solo » est une immersion vertigineuse dans la préparation d’un grimpeur hors-pair, aussi bien sur le plan mental, physique, que sur le terrain.

Alors que « Free Solo » s’immisce aussi bien dans les profondeurs de l’intimé du champion que sur les hauteurs d’une paroi rocheuse verticale de près d’un kilomètre de long, le documentaire propose notamment une analyse documentée et scientifique de la nécessité pour certain de se surpasser et d’aller côtoyer l’impossible. Dans le cas d’Alex Honnold, on apprend notamment que sa vie familiale impassible ne l’a pas aidé, petit, à aller vers autrui, lequel s’est toujours retrouvé seul. Alors qu’il se décrivait comme un gamin sombre, mélancolique, et ringard, le jeune homme s’est donc dirigé vers l’escalade en solitaire. Dès lors, aujourd’hui, quand on lui parle d’amour ou de la mort, Alex Honnold reste de marbre, et préfère rêver de son prochain défi, car rien ne passera jamais avant son besoin de stimuler ses pulsions les plus extrêmes. Jamais satisfait de sa personne, le jeune homme s’est alors lancé l’objectif d’escalader, en première historique, et sans protection ni sécurité, El Capitan, une paroi de 915 mètres située dans le parc national de Yosemite en Californie. Personnalité complexe, et certainement marquée par une enfance pas comme les autres, son analyse psychologique est intéressante, et remonte jusque-là où on ne l’attendait pas.

En quittant la séance de ce documentaire, on se dit d’emblée qu’on est bien mieux les deux pieds au sol ! Avant cela, les deux réalisateurs recontextualisent les préparatifs de l’événement, entre vaines tentatives sécurisées, accidents, repérages et répétitions méticuleuses. Dérangé dans un premier temps par les caméras, l’alpiniste apprendra alors à se filer à son propre mental, lequel devra alors se créer une armure mentale impénétrable, même si potentiellement fragilisée par sa relation amoureuse actuelle, et pourtant bénéfique au quotidien pour le jeune homme…
Et même si on ne soulignera jamais assez la prouesse qu’il a réalisée, on ne peut que se prosterner face au travail de réalisation de ce documentaire, lequel filme notamment, durant près d’un quart d’heure d’images, l’ascension de la paroi par Alex Honnold. Et on comprend bien ici tous les enjeux de mettre en boîte un tel documentaire, d’ailleurs tourné par des grimpeurs professionnels, étant donné qu’il est aussi bien possible de filmer la réussite de l’exploit comme son échec. Et qui dit échec, dit chute mortelle... Dès lors on ressent toute l’intensité dans le regard de ces caméramans et photographes au moment où Alex se retrouve perché, à mains nues, à des centaines de mètres du sol. Sans parler de ceux qui se retrouvent à ses côtés, à quelques mètres de lui, et qui ne peuvent faire aucun bruit, ni geste, au risque de causer sa chute... Autrement dit, les responsabilités sont énormes de toutes parts dans ce genre de production, étant donné qu’ici, rien n’est pour de faux ! Au-delà de la démonstration d’Alex Honnold, c’est véritablement en cela que « Free Solo » tire son épingle du jeu.

Même si l’issue est connue, et il ne faut tout de même pas souffrir de vertige pour découvrir ce documentaire en salle, étant donné des images d’une profondeur démesurée, filmées avec un savoir-faire très impressionnant. Car la hauteur, on la ressent, même si on a bien les deux pieds au sol durant le visionnage. Accompagné dans sa quête par son ami (et autre grimpeur professionnel) Tommy Caldwell, lequel prodigue au... prodigue moult conseils avant qu’il ne grimpe, Alex Honnold nous prouve que les miracles existent, mais qu’il faut pour cela ménager ses efforts et sa santé mentale, croire en soi, et ne surtout pas lâcher prise...



Espace rédacteurs RSS

2014-2019 © CINECURE - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.3.7