Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma

Cinécure est un site appartenant à Charles Declercq et est consacré à ses critiques cinéma, interviews. Si celui-ci produit des émissions consacrées au cinéma sur la radio RCF Bruxelles, celle-ci n’est aucune responsable du site ou de ses contenus et aucun lin contractuel ne les relie. Depuis l’automne 2017, Julien apporte sa collaboration au site qui publie ses critiques.

Giordano Gederlini
Entre la Vie et la Mort
Sortie du film le 13 juillet 2022
Article mis en ligne le 27 juillet 2022

par Julien Brnl

Genre : Drame, thriller

Durée : 95’

Acteurs : Antonio de la Torre, Marine Vacth, Olivier Gourmet, Fabrice Adde, Tibo Vandenborre, Wim Willaert, Sandra Zidani...

Synopsis :
Leo Castaneda est espagnol, il vit à Bruxelles, où il conduit les métros de la ligne 6. Un soir, il croise le regard d’un jeune homme au bord du quai. Des yeux fiévreux de détresse, un visage familier... Leo reconnait son fils Hugo, lorsque celui-ci disparait tragiquement sur les rails ! Leo qui ne l’avait pas revu depuis plus de deux ans, va découvrir qu’Hugo était impliqué dans un braquage sanglant. Il va devoir affronter de violents criminels pour tenter de comprendre les raisons de la mort de son fils.

La critique de Julien

Né au Chili, ayant vécu en Espagne et en France, le cinéaste Giordano Gederlini vit désormais à Bruxelles, là où il a tourné son film « Entre la Vie et la Mort », lequel ose même y filmer l’Atomium, au sein d’un polar urbain. Coscénariste des « Misérables » (2019) de Ladj Ly, de « Duelles » (2019) d’Olivier Masset-Depasse ou encore de « Tueurs » (2017) de François Troukens et Jean-François Hensgens, le réalisateur met ici en scène un conducteur de tram, lequel semble errer tel un fantôme dans la vie, comme s’il était mort à l’intérieur. Confronté à un accident ayant vu un jeune garçon blessé se jeter volontairement sur les rails sous ses yeux, Leo Castaneda, un homme solitaire et mutique, va se retrouver impliquer dans une sombre histoire de braquage qui a mal tourné, lequel est joué par Antonio de la Torre, acteur espagnol vu notamment chez Rodrigo Sorogoyen, lequel ne parle pas français, et a donc appris ses dialogues par cœur...

Entre scènes contemplatives, introspectives et plans longs d’action, Giordano Gederlini - qui déteste les plans de coupe - met en scène un thriller aux tonalités somnambuliques loin d’être indispensable, lequel, malgré sa volonté de ne pas réduire ses personnages à des stéréotypes de flics et de gangsters, enchaîne le déjà-vu, voire le mauvais goût. « Entre la Vie et la Mort » joue d’ailleurs la carte de la surenchère au sein de cette quête torturée de vérité, confrontant son personnage principal à un double conflit filial, dont entre une inspectrice de police fatiguée (Marine Vacth) et un commissaire désabusé (Olivier Gourmet). Le scénariste et réalisateur appuie également sur la figure hantée de ce personnage, qui avance les yeux fermés, laissant longtemps planer le doute quant à son passé, lui qui se débrouille très bien lorsqu’il est question de se défendre, ce qui mettra dès lors des bâtons dans les roues à l’enquête policière en cours, Castaneda ayant toujours une longueur d’avance sur ses homologues...

S’il se suit sans mal, mais sans aucune passion ni empathie, le film de Giordano Gederlini est criblé de balles dans son écriture, et ne parvient jamais à sortir de ses gonds, ni à mettre ses tripes sur la table, au regard de sa résolution, nébuleuse, incomplète, à moins qu’on ait loupé un épisode (de série policière, lui qui s’y apparente fortement). Bref, aussitôt vu, aussitôt oublié...



Espace privé RSS

2014-2023 © CINECURE - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.5.75