logo article ou rubrique
Rodo Sayagues
Don’t Breathe 2
Sortie du film le 15 septembre 2021
Article mis en ligne le 21 septembre 2021
dernière modification le 22 septembre 2021

par Julien Brnl

Genre : Horreur, thriller

Durée : 99’

Acteurs : Stephen Lang, Brendan Sexton III, Madelyn Grace, Stephanie Arcila, Rocci Williams, Bobby Schofield...

Synopsis :
Quelques années après la première effraction mortelle au domicile de Norman Nordstrom, ce dernier vit des jours tranquilles et paisibles. Mais ses anciens péchés le rattrapent...

La critique de Julien

Sorti en 2016, « Don’t Breathe : la Maison des Ténèbres » du réalisateur uruguayen Fede Álvarez avait surpris son monde, et l’auteur de cette critique en premier. Véritable petite bombe de suspense, ce thriller anxiogène, dérageant et violent étonnait par son intelligence malsaine, sa gestion de l’espace et son jeu du chat et de la souris, mais en inversant les rôles en cours de route. Grâce au bouche à oreille et aux excellentes critiques, le film a connu un succès commercial très important, de là à donner au studio de la suite dans les idées, elle qui débarque cette semaine-ci dans nos salles, mais qui ne devrait pas connaître une aussi belle histoire que celle de son aînée...

Huit années se sont écoulées après les événements du premier film, dans lequel Norman Nordstrom (Stephen Lang), vétéran aveugle des Navy Seals, traquait sans relâche trois adolescents insouciants venus chez lui pour le voler, sachant qu’il venait de gagner un procès suite à la mort accidentelle de sa fille. Home-invasion à tiroirs, où la victime (au sens large) n’était finalement pas celle que l’on pouvait croire, « Don’t Breathe » portait très bien son titre. Aujourd’hui, l’homme s’est remis de ses blessures, et vit dans une maison isolée de la banlieue de Detroit avec Phoenix (Madelyn Grace), onze ans, à laquelle il apprend la survie, sans oublier son fidèle compagnon Shadow, un Rottweiler. Alors qu’il dit à Phoenix que sa mère biologique est morte dans l’incendie de leur ancienne maison, la jeune fille tombera dans le collimateur d’un groupe de criminels, ayant la très mauvaise idée de vouloir la kidnapper...

Álvarez est ici remplacé à la réalisation par le coscénariste Rodo Sayagues, avait qui il a écrit la plupart de ses films (dont celui-ci), faisant ainsi ses débuts en tant que réalisateur. Mais Sayagues n’a pas la virtuosité perverse d’Álvarez. Du moins, le scénario de cette suite est loin d’être réussi, lui qui a tout d’abord la mauvaise idée de faire de l’antagoniste « principal » du premier film le héros de celui-ci, ou à peu de choses près. Or, de sales images nous hantent encore le concernant, et l’on ne peut imaginer une telle reconversion. Mais le gros problème de « Don’t Breathe 2 », c’est que l’on sent qu’il cherche constamment à réitérer ce qui a fait le succès et l’efficacité de son modèle, c’est-à-dire des retournements de situation inattendus, rebattant toutes les cartes, ainsi qu’une fureur de survie à toute épreuve. Mais il n’y arrive pas, la faute à une tension absente et à une histoire bêtement tordue, à laquelle on ne croit pas une seule seconde. Cependant, on souligne la volonté de changement de cadre, bien qu’il ne serve qu’à une même redite de violence manifeste.

Heureusement, la caméra de Rodo Sayagues nous offre quelques sympathiques jolis plans (outre que celui d’ouverture, très raté), ainsi que des idées de mise en scène où les couleurs saturées s’entremêlent pour créer un climax qui a du style. Ne reste alors que du gore pour du gore, et un cache-cache plus ou moins divertissant, au travers duquel l’increvable Stephen Lang fait le job. Mais ce sont là de bien maigres consolations face à ce qui restera, pour nous, comme l’une des (très) bonnes surprises de genre de ces dernières années...