Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma

Cinécure est un site appartenant à Charles Declercq et est consacré à ses critiques cinéma, interviews. Si celui-ci produit des émissions consacrées au cinéma sur la radio RCF Bruxelles, celle-ci n’est aucune responsable du site ou de ses contenus et aucun lin contractuel ne les relie. Depuis l’automne 2017, Julien apporte sa collaboration au site qui publie ses critiques.

Joseph Gordon-Levitt (2013)
Don Jon
Sortie en salle le 20 novembre 2013
Article mis en ligne le 1er septembre 2014

par Charles De Clercq

(réalisation et scénario : Joseph Gordon-Levitt) : 8/10

Avec Joseph Gordon-Levitt, Scarlett Johansson, Julianne Moore et même... Tony Danza (du feuilleton Madame est servie !) dans le rôle de Jon Senior.
Vu le film en projection presse (il sortira en principe pour Noël) et en version apparemment non censurée (soit donc pas celle qui sortira aux USA fin septembre 2013).
J’aime beaucoup cet acteur francophile et j’étais curieux de voir ce qu’il donnerait en étant des deux côtés de la caméra (voire de l’écriture également, comme Xavier Dolan).
Le film raconte l’histoire d’un homme addict non pas au sexe mais aux films pornos.
On pourra penser là à Shame mais on en est loin. Sous des dehors de comédie - au vocabulaire et situations parfois assez crus - il y a toute une réflexion ou du moins un parcours à partir de l’addiction et des impasses relationnelles que cela peut entrainer.
Sur sa route, lui, amateur de films X, va rencontrer une femme, Scarlett Johansson, qui aime les films... de Princes charmants.
Sur sa route aussi, une autre femme Julianne Moore.
Difficile d’en dire plus sans déflorer le sujet.

On rit beaucoup pendant le film (le situations et les mots) mais il y a une certaine gravité dans le cheminement de Don Jon pour se débarrasser de ses fantasmes et probablement sortir des impasses où ceux-ci le conduisent.

Alors ma cote de 8 ne signifie pas un « grand » film, mais parce qu’avec humour, dérision, auto-dérision, réitération de scènes et d’itinéraires (en passant par de nombreux confessionnaux) - et nous sommes proches, là, de l’univers cyclique de Shame - où finalement on ne tournera pas en rond mais on découvrira une maturation et un avenir possibles.

Donc, celui que j’avais apprécié dans La tentation d’Aaron, Mysterious Skin, The Lookout, (500) jours ensemble et 50/50, pour n’en citer que quelques-uns ne déçoit pas, même si, je le répète, il ne s’agit pas d’un film qui joue dans la même cour que ceux que je viens de citer.



Espace privé RSS

2014-2023 © CINECURE - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.5.75