Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma sur RCF

CINECURE pas un blog mais le complément sur le web des émissions radio du même nom produites par Charles De Clercq pour la radio RCF en Belgique. Celui-ci est sensible aux émotions dont il se nourrit et aime analyser les rapport entre films et romans lorsque ceux-ci sont adaptés au cinéma.

Etienne Comar
Django
Sortie le 10 mai 2017
Article mis en ligne le 11 mars 2017

par Charles De Clercq
Imprimer logo imprimer

Un film trop sage et sans aspérité ! Cependant à voir et surtout... entendre pour sa musique.
BimBam Merstein, manouche, qui joue le rôle de Negros, est sensationnelle. 61/100

Synopsis court :

À Paris en 1943 sous l’Occupation, le musicien Django Reinhardt est au sommet de son art. Guitariste génial et insouciant, au swing aérien, il triomphe dans les grandes salles de spectacle alors qu’en Europe ses frères Tsiganes sont persécutés. Ses affaires se gâtent lorsque la propagande nazie veut l’envoyer jouer en Allemagne pour une série de concerts…


Synopsis long :

En 1943 pendant l’occupation allemande, le tsigane Django Reinhardt, véritable “guitare héros”, est au sommet de son art. Chaque soir il fait vibrer le tout Paris aux Folies Bergères avec sa musique swing alors qu’en Europe, ses frères sont pourchassés et massacrés. Lorsque la propagande allemande veut l’envoyer à Berlin pour une série de concerts, il sent le danger et décide de s’évader en Suisse, aidé par une de ses admiratrices, Louise de Klerk. Pour passer, il se rend à Thonon-les-Bains, sur les bords du lac Léman, avec sa femme enceinte, Naguine et sa mère Negros. Mais l’évasion est plus compliquée que prévu, Django et ses proches se retrouvent plongés dans la guerre. Pendant cette période dramatique, il n’en demeure pas moins un musicien exceptionnel qui résiste avec sa musique, son humour, et qui cherche à approcher la perfection musicale...


Acteurs : Reda Kateb, Cécile de France, Beata Palya, Bimbam Merstein, Gabriel Mirété, Vincent Frade, Johnny Montreuil, Raphaël Dever et Patrick Mille.

Dès les premières images, et plus encore, dès les premières notes de musique (et le chant), le spectateur est pris par l’émotion. Le film débute par des images de tziganes dans les forêts des Ardennes belges. Ils chantent, en particulier l’un d’entre eux aveugle. Des enfants, jeunes adolescents jouent, courent dans les bois. Soudain des tirs... que l’on sait allemands. Une arme sur une tempe. Une exécution hors champ. Pendant ce temps l’aveugle continue, comme si de rien n’était dans le monde extérieur... jusqu’à ce qu’une balle l’atteigne dans la tête. L’arme est hors champ et le chant s’arrête, le Tzigane est mort. On sent bien que le réalisateur veut nous guider sur les rails souhaités, il en fait (probablement) trop... mais pourquoi pas, l’on accepte de se laisser guider... jusqu’aux plans suivants...

C’est que le premier film de Comar, plus connu comme réalisateur, et la sauce ne prend pas pour la suite. C’est qu’il réalise un « biopic » du célèbre tzigane. En fait de biopic, ce sont plutôt quelques semaines, en 1943, lorsque Django doit (tenter de) fuir la France pour la Suisse à cause de la politique « artistique » menée par les autorités occupantes. Bien plus c’est très largement « romancé ». Peu importe, pourquoi pas ? Le problème est que le film est très « plan-plan » sans aspérités et il est difficile d’avoir de l’empathie pour le « héros » et de se passionner pour les péripéties de l’histoire. Il faut attendre que le film déroule son intrigue pendant près de deux heures qui semblent bien longues. Reda Kateb (sans vraie ressemblance avec Django) confirme qu’il est un grand acteur grâce à son interprétation (en particulier lorsqu’il joue de la guitare, même s’il a été doublé pour le son). Cécile de France est séduisante et l’ensemble du casting est au top. Tous sont aidés par des dialogues très (trop ?) écrits. Rien à redire de ce côté là, même si ce sont les « acteurs » non professionnels (manouches) qui charment, séduisent et convainquent presque plus si pas plus que les acteurs professionnels. Parmi les ’amateurs’ il est une femme remarquable, BimBam Merstein qui joue le rôle de Negros, la mère de Django.

Le film se termine à la Libération, par le concert de requiem à l’Institut des jeunes aveugles à Paris, joué une seule et unique fois à la Libération et dont le générique signale que la partition a été perdue.


A ce sujet, le réalisateur précise :

"Oui, il n’en reste que l’Introduction qu’on entend à l’orgue. J’ai donc demandé au compositeur Warren Ellis, avec l’accord de David Reinhardt - le petit fils de Django - d’imaginer la suite à partir de ces premières phrases. C’est Reda qui m’a présenté Warren Ellis qui comme Django, n’a pas une formation classique.

Il vient de la sphère du rock avec son comparse Nick Cave. Il a tout de suite saisi l’esprit et l’enjeu du projet. Les seules contraintes que je lui ai données, c’était qu’il y ait de l’orgue, des voix et des cordes puisque Django l’avait composé visiblement pour ces instruments.

Django avait sans doute composé une partition plus dissonante et atonale, moins lyrique et organisée. En même temps, il aimait la musique sacrée… Peu importe, de toute façon. L’important était que ces quelques notes inspirent un autre musicien."


L’émotion est de nouveau présente et culminera avec un mur de photos noir et blanc. Il s’agit de photos des carnets anthropométriques de Tsiganes français victimes du gouvernement de Vichy et de l’armée allemande [1].

Hormis donc l’ouverture et la clôture du film, on suivra entre les deux les (belles) images et l’intrigue sans émotion avec un intérêt plus intellectuel qu’émotionnel. Le tout dans un temps qui dure. Malgré cela, on aura quelque plaisir à entendre la bande-son et à (re)découvrir l’une ou l’autre œuvre de Django Reinhardt grâce à Reda Kateb (même si, il faut le rappeler, il est doublé au plan musical). Enfin, une mention toute particulière pour le singe de Django pour qui on se prendra d’émotion alors que l’animal sera considéré comme dégénéré par les Occupants, le même qualificatif que celui qu’ils utilisent pour les Tziganes. Il s’agit donc d’un film à voir, malgré la déception et le fait qu’il aurait mérité d’être traversé par le souffle d’une culture et d’un peuple voyageur que rien ne peut enfermer.

Diaporama

Bande-annonce :

Notes :

[1Elles ont été récupérées au centre des Archives des Bouches du Rhône


flèche Sur le web : Lien vers la fiche IMDB

Mots-clés associés

Au hasard...

0 | 10 | 20 | 30

The Loft
le 1er octobre 2014
Mike and Dave Need Wedding Dates (Hors contrôle)
le 4 août 2016
Magic Mike XXL
le 8 juillet 2015
Peur de rien
le 6 février 2016
Atlantic
le 26 mars 2015
Don Jon
le 1er septembre 2014
Rock’n Roll
le 14 janvier 2017
Turist (Force majeure)
le 14 décembre 2014
What If
le 2 octobre 2014
Sonar
le 3 mai 2017


pucePlan du site puceEspace rédacteurs puce

RSS

2014-2017 © CINECURE - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.2