Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma sur RCF

CINECURE pas un blog mais le complément sur le web des émissions radio du même nom produites par Charles De Clercq pour la radio RCF en Belgique. Celui-ci est sensible aux émotions dont il se nourrit et aime analyser les rapport entre films et romans lorsque ceux-ci sont adaptés au cinéma.

Andreas Prochaska (2014)
Das finstere Tal (The Dark Valley)
BRFF 2014
Article mis en ligne le 1er septembre 2014
dernière modification le 3 janvier 2015

par Charles De Clercq
logo imprimer

90/100

Fin du 19e siècle. Une petite communauté isolée dirigée par un chef et ses 6 fils, reçoit la visite surprise d’un étranger. Au gré d’un rude hiver, les fils sont victimes d’étranges accidents…

The Dark Valley, un film autrichien du réalisateur Andreas Prochaska est mon premier véritable coup de cœur de ce festival.

Certains éléments du film pourront faire penser (de loin) à High Plains Drifter (L’homme des hautes plaines) de Clint Eastwood (1973) et mieux encore à Bad Day at Blad Rock (Un homme est passé) de John Sturges (1955).

Ici, le cinéphile aura découvert le thème principal du film mais je n’en dirai pas plus, laissant le soin aux spectateurs de le découvrir par eux-mêmes.

Dès le premier tiers du film, il est possible de discerner le thème et les enjeux de cette irruption d’un étranger venu de la mythique Amérique, pour une longue saison hivernale, dans une zone contrôlée par une famille. Il vient photographier le village et la montagne... mais est-ce bien son but ultime ? Pourquoi cacher un fusil dans l’étable ? Pourquoi cette croix plantée dans la montagne ? Pourquoi insister sur les clous ? Pourquoi la prédication du prêtre lors d’un mariage porte-t-elle sur l’attitude de Joseph face à la maternité de Marie ? Tout cela se découvrira au long du film. Certains pourront lui reprocher une certaine lenteur, une insistance trop appuyée. Ce n’est pas mon cas. Certes, le réalisateur navigue sur une ligne de crête (n’est-ce pas normal en montagne ?) mais sans jamais basculer, ni être too much.

On relèvera, outre l’emploi d’acteurs aux « gueules patibulaires », une très belle photographie, une lumière extraordinaire où les projecteurs ne se font pas remarquer (à supposer qu’ils furent présents lors du tournage) et des paysages de toutes beauté. Et si la bande-son est prenante, insistante, y compris dans l’infra-sonore, elle ne m’a pas dérangé, bien au contraire. Longtemps après la dernière révélation du film, et la prestation de son acteur principal, Sam Riley (déjà étonnant dans Control) on se remémorera longtemps les paroles d’une des protagonistes (en voix off durant tout le film) relatives à ces choses connues et tues mais que l’on ne peut oublier.

On comprend les nombreux prix du film dont le Lola d’argent du meilleur film (prix allemand).


flèche Sur le web : Lien vers la fiche IMDB

Mots-clés associés

Au hasard...

0 | 10

Los Ángeles
le 1er septembre 2014
Hross í oss (Of Horses and Men)
le 1er septembre 2014
Os fenómenos (Aces)
le 1er septembre 2014
Jack Strong
le 1er septembre 2014
What is Left
le 1er septembre 2014
Jeg er din (I’M Yours)
le 1er septembre 2014
Artico (Artic)
le 1er septembre 2014
La chambre bleue
le 1er septembre 2014
Der Kreis (The Circle)
le 1er septembre 2014
Ömheten (Broken Hill Blues)
le 1er septembre 2014


Plan du site Espace rédacteurs puce

RSS

2014-2017 © CINECURE - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.31