Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma sur RCF

CINECURE pas un blog mais le complément sur le web des émissions radio du même nom produites par Charles De Clercq pour la radio RCF en Belgique. Celui-ci est sensible aux émotions dont il se nourrit et aime analyser les rapport entre films et romans lorsque ceux-ci sont adaptés au cinéma.

John Michael McDonagh (2014)
Calvary
Sortie le 1er octobre
Article mis en ligne le 20 septembre 2014
dernière modification le 10 janvier 2015

par Charles De Clercq
logo imprimer

70/100

Synopsis : Après avoir été menacé lors d’une confession, un prêtre se doit de combattre le mal qui gangrène sa petite ville irlandaise.

Acteurs : Brendan Gleeson, Chris O’Dowd, Aidan Gillen, Kelly Reilly, Isaach De Bankolé, Domhnall Gleeson, Marie-Josée Croze

Sept jours vers l’enfer...

JPEGLe synopsis ci-avant est très court (c’est celui - officiel - que l’on trouve sur la Toile). Autant dire que l’on n’a pas beaucoup d’éléments avant d’entrer dans la salle. Tout au plus, sachant qu’il s’agira d’une histoire de clergé catholique en Irlande, pourra-t-on craindre de se trouver face à un réquisitoire contre l’Institution mise à mal dans ce pays (et dans beaucoup d’autres) depuis quelques années.

Si l’Eglise catholique n’en sort pas grandie, il ne s’agit pas pour autant d’un procès. Il n’y a donc ni réquisitoire (ni d’ailleurs plaidoyer pour une cause quelconque). Nous sommes au cœur de l’humain, de ses failles et de ses souffrances même si le film prend un itinéraire qui, au moins pour le spectateur, est celui d’un thriller avec parfois une légère pointe d’humour (britannique !).

Dès l’ouverture du film, un plan séquence : un prêtre, en pleine forme, qui semble bon vivant, une « bonne bouille » (Brendan Gleeson), une barbe imposante, plein cadre, se trouve dans un dans un confessionnal. A sa gauche, à notre droite donc, on entend un pénitent se confier au père James Lavelle. Confessionnal et pénitent nous mènent donc au secret de la confession... mais ce ne sera pas le cas car il n’y aura point les éléments de celle-ci (ni de la part du confesseur ni du paroissien !).

Et ce dernier commence très fort. En substance il lance au prêtre : « J’ai gouté le sperme à 7 ans. Un prêtre m’a violé oralement et analement tous les deux jours pendant de nombreuses années. j’étais en sang. Aujourd’hui, il est décédé. Je veux me venger. Je veux tuer, non pas un prêtre pédophile car cela ne changera rien. Je veux tuer un prêtre innocent. Je vais vous tuer parce que vous êtes innocent. Pas tout de suite, je vous laisse le temps de régler vos affaires. Je vous donne rendez-vous sur la plage dans sept jours. Je vous tuerai ! ».

Le spectateur accompagnera le père sept jours durant (annoncés l’un après l’autre à l’écran, du lundi au dimanche) dans de nombreuses rencontres. Dont sa fille (née de son mariage ; veuf, après la mort de son épouse il entrera dans les ordres) qui a tenté maladroitement de se suicider. Il rencontre également son évêque. De cet échange il apparaît que le père James connaît celui qui s’est confié à lui. Mais nous ne savons et ne saurons rien de cela jusqu’à la fin du film que je vous laisse découvrir. Outre l’intrigue même du film - et sa résolution - nous sommes invités grâce aux rencontres que le père fait avec ses ouailles (croyantes ou pas), avec un de ses jeunes confrères, à la découverte de plusieurs portraits très humains, touchants et troublants sachant que se cache parmi eux l’homme qui a rencontré le prêtre dans le confessionnal.

Enfin, le spectateur se laissera emporter par la beauté des paysages qui ajoute à la dimension parfois mystique du récit.

Diaporama et bande-annonce (en VO non sous-titrée).

http://www.youtube.com/embed/3iBJbcHq-oU
CALVARY : Official HD Trailer - YouTube

flèche Sur le web : lien vers la fiche IMDB

Mots-clés associés

Au hasard...



Plan du site Espace rédacteurs puce

RSS

2014-2017 © CINECURE - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.25