Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma

Cinécure est historiquement lié aux émissions radio consacrées au cinéma par Charles De Clercq sur RCF. Depuis l’automne 2017, Julien apporte sa collaboration au site qui publie ses critiques.

logo article ou rubrique
Gérard Jugnot
C’est beau la vie quand on y pense
Sortie le 12 avril 2017
Article mis en ligne le 24 mars 2017
dernière modification le 6 août 2019

par Charles De Clercq

Synopsis : Loïc le Tallec, la soixantaine, ne s’est jamais vraiment occupé de son fils. Quand ce dernier disparaît dans un accident de la route, Loïc est dévasté. Il n’a plus qu’une idée en tête : retrouver celui qui vit désormais avec le cœur greffé de son fils. Il va tomber sur Hugo, un jeune que ce cœur tout neuf rend totalement déraisonnable et incontrôlable. Leur rencontre promet d’être explosive.

Acteurs : Gérard Jugnot, François Deblock, Isabelle Mergault, Gaïa Wess, Bernard Le Coq

C’est beau la vie quand on y pense, c’est un beau film, avec beaucoup de bons sentiments. C’est mignon tout plein malgré le fait que ce soit très prévisible et calé sur les rails d’une comédie dramatique qui touchera au cœur (!) les plus insensibles avec une belle « rédemption » et de belles histoires d’amour qui concerneront deux couples, l’un jeune, l’autre, plus âgé.

Si tout est dans le synopsis ci-dessus, l’on découvrira Gérard Jugnot (acteur et réalisateur) dans le rôle d’un père qui fut sans cœur pour son fils, rate ses rencontres avec lui, jusqu’à celle ultime de la mort. Sauf, que lui, à partir de ce moment, va s’intéresser au cœur de son fils. Il va le trouver dans le corps d’un jeune (interprété par François Deblock), un petit con, sans cœur, mais pas sans reproche ! Véritable tête à claque au début car on a vraiment envie de lui donner des baffes pour voir émerger peu à peu un garçon sensible qui va découvrir un père de substitution et aura à cœur de se lier avec lui, fut-ce par delà les frontières.

Rien à dire de mal bien sûr de ce film qui devrait cartonner un dimanche soir après le JT de TF1. Aucune aspérité, pas vraiment de surprise car c’est presque un téléfilm (voire semblable à un épisode de Mimi, ange gardien) ! Donc ce n’est pas du grand cinéma, rien de nouveau dans un film qui navigue entre le Sud et le Nord, offre quelques belles images et des situations convenues et que l’on oubliera peut-être assez vite mais, bon, cela sort quand même du lot par rapport à certaines comédies dramatiques françaises.

Bande-annonce :



Au hasard...

0 | 10 | 20 | 30

Wild
le 19 février 2015
Grâce à Dieu
le 24 mars 2019
Julieta
le 18 mai 2016
The Shallows (Instinct de survie)
le 21 juillet 2016
Arrête ton cinéma !
le 25 janvier 2016
Estiu 1993 (Eté 1993, Summer 1993)
le 15 juin 2017
Phantom Thread
le 20 janvier 2018
Gutland
le 23 août 2018
Grand froid
le 19 août 2017
Creed : L’Héritage de Rocky Balboa
le 16 décembre 2015
Espace rédacteurs RSS

2014-2019 © CINECURE - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.3.7