Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma sur RCF

CINECURE pas un blog mais le complément sur le web des émissions radio du même nom produites par Charles De Clercq pour la radio RCF en Belgique. Celui-ci est sensible aux émotions dont il se nourrit et aime analyser les rapport entre films et romans lorsque ceux-ci sont adaptés au cinéma.

Jérôme Le Maire
Burning Out
Sortie le 3 mai 2017
Article mis en ligne le 29 avril 2017
dernière modification le 10 mai 2017

par Charles De Clercq
logo imprimer

Synopsis : Pendant 2 ans, le réalisateur a suivi les membres de l’unité chirurgicale dans l’un des plus grands hôpitaux de Paris. Ce bloc opératoire ultraperformant fonctionne à flux tendu : 14 salles en ligne ayant pour objectif de pratiquer chacune huit à dix interventions par jour. L’organisation du travail, bien qu’extrêmement sophistiquée, est devenue pathogène. Le personnel médical et paramédical courbe l’échine. Stress chronique, burn-out, et risques psychosociaux gangrènent l’hôpital. Chirurgiens, anesthésistes, infirmiers et aides-soignants, mais aussi cadres, gestionnaires, et directeurs sont pris dans une course effrénée qui semble sans fin. Consciente de ce problème, l’administration a commandé un audit sur l’organisation du travail afin de tenter de désamorcer le début d’incendie. Burning Out est une plongée au cœur du travail et de ses excès, quand il y a surchauffe et que l’embrasement menace. Il veut comprendre l’incendie contemporain, ce trouble miroir de notre société, qui affecte celle-ci jusque dans ses hôpitaux.

Quand l’hôpital s’enflamme : Burning Out !

Le réalisateur belge Jérôme Le Maire a planté sa caméra durant deux ans « dans le ventre » de l’hôpital Saint-Louis à Paris. Ce sont quatorze salles qui travaillent à flux tendu… avec les tensions qui s’ensuivent, inévitables !

Le mal est vu non pas du côté du patient, mais de celui de ceux qui sont censés les soigner : le personnel hospitalier : chirurgiens, infirmiers, aides-soignants, cadres, gestionnaires, directeur et, aussi, anesthésistes. Ceux-ci, justement, sont au centre d’un incendie qui se déclare dans l’un des plus grands hôpitaux de Paris. Le feu qui couve et brûle là n’est pas matériel, mais humain et psychologique. Quand il faut gérer quatorze bloc opératoires et huit à dix interventions par jour, il faut être « performant » et tout est prévu pour l’être sur papier. Et, cependant, dans les faits, cette organisation induira des effets secondaires nocifs. Stress chronique, burn-out, et risques psychosociaux vont atteindre un personnel médical qui courbe l’échine, confronté de plein fouet à l’épuisement alors qu’il ne peut suivre des cadences infernales imposées par la rentabilité.

Ce documentaire permet de découvrir cela de l’intérieur. Il a fallu non seulement les autorisations officielles, mais surtout l’apprivoisement pour suivre les uns et les autres, tendus, harcelés dans leur travail quotidien, pénible. Et cela d’autant plus que certains sont considérés comme interchangeables, sans personnalité. A l’image des patients réduits au nom de leur maladie ou affection, le personnel est réduit à une fonction.

La confiance était là, vis-à-vis du réalisateur. Lui a vu la souffrance présente et la montre. Eux qui y vivent au quotidien ont pu libérer la parole. Ils ont pu tenter de se dire – mais aussi à Jérôme Le Maire, et donc au spectateur – une parole qui tente de (se) libérer.

Au départ, il y a un livre de Pascal Chabot, Global Burn-Out, et un audit demandé à Saint-Louis pour gérer le problème et y voir clair. Mais un audit est-il libérateur ? N’est-il pas au service des impératifs de productivité ? Est-ce que, tout simplement, une boîte à suggestion, quasiment enfantine (et infans c’est le « sans parole ») ne pourra pas apporter l’amorce d’une possible sortie de crise en permettant d’exprimer ce qui ne va pas et de proposer quelques pistes ?

Le documentaire, assez court (87’), est à recommander pour tous et en particulier ceux qui s’interrogent sur l’emballement d’une société qui ne voit que la compétence et la performance et oublie l’importance de l’amour (cf. hymne aux Corinthiens). Le film se termine sur une note d’espoir, ne serait-ce qu’en se clôturant sur la chanson de Bob Dylan, en 1964, The Times They Are A-Changin’… Les temps changent ! Tout un programme…

On pourra lire avec intérêt cet article de Sylvain Gressier sur Cinergie.be.

Diaporama

Bande-annonce :


flèche Sur le web : Lien vers la fiche IMDB


Mots-clés associés

Au hasard...

0 | 10 | 20 | 30

Transformers : The Last Knight
le 20 juin 2017
47 Meters Down
le 20 juin 2017
Even Lovers Get the Blues
le 18 juillet 2017
La vie en grand
le 7 novembre 2015
The Road to Mandalay (Adieu Mandalay)
le 26 août 2017
La villa
le 8 novembre 2017
De plus belle
le 19 février 2017
Je suis resté dans les bois
le 18 mars 2017
The Cut
le 3 mai 2015
Les hommes d’argile
le 30 septembre 2015


Plan du site Espace rédacteurs puce

RSS

2014-2017 © CINECURE - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.57