Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma sur RCF

CINECURE pas un blog mais le complément sur le web des émissions radio du même nom produites par Charles De Clercq pour la radio RCF en Belgique. Celui-ci est sensible aux émotions dont il se nourrit et aime analyser les rapport entre films et romans lorsque ceux-ci sont adaptés au cinéma.

Sharon Maguire
Bridget Jones’s Baby (Bridget Jones Baby)
Sortie le 12 octobre 2016
Article mis en ligne le 10 septembre 2016

par Charles De Clercq
Imprimer logo imprimer

Une Bridget, un bébé, deux papas. C’est un de trop.
Une amusante comédie romantique et une en-quête de paternité. 62/100

Synopsis : Après sa rupture avec Mark Darcy, les plans de Bridget Jones - je suis une femme épanouie et heureuse – ne se passent pas tout à fait comme prévu. La quarantaine et à nouveau célibataire, elle décide de se concentrer sur sa carrière de productrice d’une émission d’actualité et a une vie sociale active. Pour la première fois de sa vie, elle a tout sous contrôle. Que pourrait-il arriver ? Sa vie amoureuse prend un tournant lorsqu’elle rencontre Jack, un séduisant américain diamétralement différent de Mark Darcy. Par un hasard improbable, elle se retrouve enceinte. Seul problème… elle n’est sûre qu’à 50% de l’identité du père.

Acteurs : Renée Zellweger, Patrick Dempsey, Colin Firth, Emma Thompson, Shirley Henderson, Jim Broadbent, James Callis, Celia Imrie, Sarah Solemani, Gemma Jones.

 A la poursuite du roman

Avouons-le d’emblée, Bridget Jones, ce n’est pas vraiment le cinéma qui nous fait nous déplacer dans les salles. Mais comme les deux premiers films qui adaptaient les romans d’Helen Fielding avaient conquis un certain public, nous avons fait notre devoir de critique, ne serait-ce que pour en rendre compte pour nos auditrices sur les antennes de RCF. C’est probablement sexiste et caricatural et reconnaissons que la comédie romantique anglaise tient bien la route et franchit bien le cap du troisième volet. Il y a quand même une patte anglaise derrière le film et que Sharon Maguire est toujours aux commandes de la réalisation.

Il y avait quand même un problème pour gérer cette histoire. C’est que Hugh Grant n’était pas partant, en tout cas pas avec le scénario qui lui était présenté. Cela compliquait les choses pour gérer les amours de l’indécise Bridget ! Dans ce cas-là, ni une, ni deux, la solution au cinéma c’est de vous faire mourir. Et si l’acteur n’est pas pas partant, on le « tue », c’est tout simple ! Et s’il n’est pas là physiquement, on peut très bien lui concocter un très bel enterrement, corps absent, parce qu’il aura disparu et que son corps n’aura pas été retrouvé. Occasion cependant de rassembler toutes les femmes qui gravitaient autour de Daniel Cleaver et d’avoir de bien étonnantes conversations au sujet de cet arrache-cœur ! Occasion également de faire se rencontrer Mark Darcy (Colin Firth) et Bridget Jones (Renée Zellweger, qui porte vraiment bien son rôle) pour qui douze années de vie lui auront permis d’être plus mature physiquement... mais pas sentimentalement.

 Un nouveau venu

Tout le génie des scénaristes a été de trouver un remplaçant à Hugh Grant qui soit aussi bourreau des cœurs (en tout cas dans les fantasmes sur les acteurs de séries, notamment). C’est le docteur « mamour » soit même (Patrick Dempsey) qui va rencontrer le corps (et peut-être le cœur) de Brigdet. On vous laisse découvrir les diverses péripéties épiques de notre héroïne qui (se) joue de son corps avec beaucoup d’autodérision. Ainsi la rencontre rocambolesque avec ce nouveau venu, élégant, Jack dont vous connaitrez la richesse intérieure (mais pas que) au cours de l’histoire, alors qu’il est pour Bridget et pour nous un inconnu avec lequel elle a eu une relation sexuelle d’une nuit, protégée par un préservatif végétarien ! C’est une semaine plus tard, au cours d’un baptême, qu’elle fera à nouveau la rencontre de Mark Darcy... qui se confluera par une relation sexuelle... et l’utilisation des mêmes préservatifs végétariens !

Tout est bien dans le meilleur des mondes et dans le cœur de Bridget jusqu’à ce qu’elle découvre qu’elle est enceinte. La question est de savoir de qui, ce qui sera la quête (si l’on permet l’expression) de tout le film. Occasion de nombreux échanges, parfois très savoureux avec la gynécologue, mais aussi, on s’en doute, de faire en sorte que les deux pères potentiels se rencontrent. Ce sont tant de moments de jubilation, d’humour, de tendresse parfois, de rivalité aussi. Car ces deux mâles seront comme des coqs qui vont combattre pour leur propriété. Relevons aussi certaines scènes cocasses dans le boulot de Bridget, à la télévision à cause de quiproquos ou de problèmes techniques. Autant dire que l’on s’amusera.

En résumé, il s’agit d’une comédie romantique meilleure que ce que l’on pouvait craindre. L’humour y est présent, la tendresse, les situations loufoques. La deuxième moitié du film est un peu plus décevante. 2h02 c’est probablement vingt minutes de trop ! Ce n’est pas donc pas le chef-d’œuvre du XXIe siècle, mais c’est amusant.

Jusqu’au moment (ou pas) où l’on découvre qui est le père.

 Et le père est...

Attention cliquer pour le spoiler

(c’est l’un des hommes qui est joue contre joue avec Bridget !)

Non, mais sérieusement, vous pensiez vraiment qu’on vous dévoilerait cela ?
Ce serait... diabolique !


 Bande-annonce :


flèche Sur le web : Lien vers la fiche IMDB

Mots-clés associés

Au hasard...



pucePlan du site puceEspace rédacteurs puce

RSS

2014-2017 © CINECURE - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.2