Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma sur RCF

CINECURE est le complément sur le web des émissions radio du même nom produites par Charles De Clercq pour les radios RCF en Belgique. Celui-ci est sensible aux émotions dont il se nourrit et aime analyser les rapport entre films et romans lorsque ceux-ci sont adaptés au cinéma.

Les critiques de Julien Brnl
BlacKkKlansman - J’ai Infiltré le Ku Klux Klan
Réalisateur(s) : Spike Lee
Article mis en ligne le 23 septembre 2018

par Julien Brnl
logo imprimer

L’on peut dire que l’on a retrouvé Spike Lee, avec du cinéma intelligent, mordant, et qui invite à la réflexion. 15/20

➡ Vu au cinéma Caméo des Grignoux - Sortie du film le 19 septembre 2018

Signe(s) particulier(s) :

  • inspiré du livre autobiographique (2014) de Ron Stallworth, qui raconte l’histoire vraie du premier policier et inspecteur afro-américain au sein de la police de Colorado Springs, qui a surtout réussi à infiltrer le Ku Klux Klan en 1979 (avec l’aide d’un collègue) ;
  • Grand Prix du Festival de Cannes 2018 ;
  • troisième fois dans un film qu’un homme infiltre le groupe d’extrême droite du Ku Klux Klan après « The Black Klansman » (I Cross the Color Line« (1966) de Ted V. Mikels et »Undercover with the KKK" (1979, téléfilm de la NBC) de Barry Shear.

Résumé : Au début des années 70, au plus fort de la lutte pour les droits civiques, plusieurs émeutes raciales éclatent dans les grandes villes des États-Unis. Ron Stallworth devient le premier officier Noir américain du Colorado Springs Police Department, mais son arrivée est accueillie avec scepticisme, voire avec une franche hostilité, par les agents les moins gradés du commissariat. Prenant son courage à deux mains, Stallworth va tenter de faire bouger les lignes et, peut-être, de laisser une trace dans l’histoire. Il se fixe alors une mission des plus périlleuses : infiltrer le Ku Klux Klan pour en dénoncer les exactions.

En se faisant passer pour un extrémiste, Stallworth contacte le groupuscule : il ne tarde pas à se voir convier d’en intégrer la garde rapprochée. Il entretient même un rapport privilégié avec le « Grand Wizard » du Klan, David Duke, enchanté par l’engagement de Ron en faveur d’une Amérique blanche. Tandis que l’enquête progresse et devient de plus en plus complexe, Flip Zimmerman, collègue de Stallworth, se fait passer pour Ron lors des rendez-vous avec les membres du groupe suprémaciste et apprend ainsi qu’une opération meurtrière se prépare. Ensemble, Stallworth et Zimmerman font équipe pour neutraliser le Klan dont le véritable objectif est d’aseptiser son discours ultra-violent pour séduire ainsi le plus grand nombre.

La critique

Fervent défenseur de la communauté afro-américaine, Spike Lee est réputé pour son franc parlé, qui ne lui a d’ailleurs pas valu que des amis, mais bien d’innombrables polémiques. Réalisateur controversé, il n’a notamment pas mâché ses mots lors de la conférence de presse de son film en mai dernier au Festival de Cannes, en s’en prenant indirectement au président américain, étant donné qu’il a pris soin de ne pas prononcer son nom. Souvent agressifs, voire provocateurs, ses discours n’ont aucune limite, lui qui n’hésite pas non plus à accuser des cinéastes, tels que Clint Eastwood ou Quentin Tarantino, remettant en doute leur légitimité, et l’usage autant physique que verbal de sa communauté dans leurs œuvres.

Aujourd’hui, ce n’est pas pour une de ses nouvelles prises de parole que le réalisateur fait la une de l’actualité, mais bien pour la sortie de son dernier film intitulé « BlacKkKlansman », dans lequel il raconte l’histoire vraie d’un policier afro-américain ayant infiltré le Ku Klux Klan en 1979 avec l’aide de l’un de ses collègues. S’il peut ainsi se heurter violemment contre le racisme et l’antisémitisme, Spike Lee est avant tout un réalisateur de grande renommée, comme il nous le (re)prouve ici avec cette adaptation libre de l’autobiographie de Ron Stallworth, au travers de laquelle le réalisateur en profiter pour sonner le glas, images à l’appui...

Davantage tourné vers la fiction, en incluant notamment une histoire d’amour entre le policier noir infiltré et une étudiante activiste qui n’existait pas dans la réalité, ce pamphlet est raconté par le prisme de la comédie dramatique et politique, en l’occurrence très satirique et cynique. En effet, « BlacKkKlansman » met énormément en avant l’originalité de son intrigue, soit une infiltration incroyable, et forcément déguisée. En effet, Flip Zimmerman, le collègue de Stallworth, s’est fait passer pour celui-ci lors de ses rendez-vous avec le clan, tandis que Ron restait derrière le téléphone. Ensemble, ils ont notamment dû ainsi faire coïncider leur voix afin de ne pas être repérés... S’il en joue beaucoup, et livre de nombreuses scènes hilarantes, le film met tout de même du temps à proposer quelque chose de conséquent en termes d’événements passés. Bien que, finalement, « BlacKkKlansman » n’est pas là pour nous en apprendre sur le groupe d’extrême droite suprémaciste qu’était le Ku Klux Klan, mais davantage sur ce coup de théâtre irréaliste, et pourtant vrai. Voilà qui risque peut-être d’en décevoir plus d’un... Quoi que, Spike Lee ne raconte jamais rien dans le vide, et en profite ici pour remettre les pendules à l’heure.

Si le ton en surface est globalement léger, avec un second degré appuyé face au caractère totalement ahurissant et honteux des propos racistes des membres du « KKK », l’envers du décor l’est beaucoup moi. Car Spike Lee sait s’y prendre pour marquer le coup, et finit par nous rappeler, via des images de la manifestation d’extrême droite « Unite the Right » à Charlottesville (août 2017), qu’il reste encore énormément de chemin à parcourir contre la ségrégation raciale. Pire, encore, il semble que l’Amérique (et le reste du monde), semble marcher à reculons... À vrai dire, la violence de ces dernières images suffit à elle seule à contrecarrer l’aspect enlevé du film. On appelle ça un coup de génie, même si l’on aurait préféré qu’elles n’aient jamais eu à exister...

Aidé par un casting de choc (John David Washington et Adam Driver en tête) et des dialogues à la fois très drôles et féroces, Spike Lee réussit une farce jubilatoire teintée d’irrévérence, indissociable de son combat de militant pas toujours fin, mais acharné. Si « BlacKkKlansman » divertit, malgré quelques longueurs, il n’explose véritablement que dans ses derniers instants, en ayant bien dissipé une douche froide à son tour déguisée.

Diaporama : film, tournage, etc.

 <br width='500' height='678' />  <br width='500' height='750' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='333' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='333' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='741' />  <br width='500' height='754' />  <br width='500' height='750' />  <br width='500' height='334' />

Copyright Universal Pictures International France

Bande annonce :



Au hasard...

0 | 10 | 20 | 30

L’Échappée Belle / The Leisure Seeker
le 14 janvier 2018
Guy
le 12 septembre 2018
Le fidèle
le 6 novembre 2017
La Monnaie de leur Pièce
le 16 janvier 2018
Hérédité
le 27 juin 2018
La part sauvage
le 26 avril 2018
La Belle et la Meute
le 19 janvier 2018
Mise à Mort du Cerf Sacré / The Killing of a Sacred Deer
le 2 décembre 2017
Voyez Comme on Danse
le 22 octobre 2018
Jeune Femme
le 11 novembre 2017
RSS

2014-2018 © CINECURE - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.1.15