logo article ou rubrique
Ben Stassen et Jérémie Degruson
Bigfoot Family
Sortie du film le 05 août 2020
Article mis en ligne le 11 août 2020

par Julien Brnl

Signe(s) particulier(s) :

  • suite du film d’animation « Bigfoot Junior » (2017) de Ben Stassen et Jérémie Degruson, créé par les studios bruxellois nWaves Pictures ;
  • cette suite s’est vendu dans 65 territoires, mais pas encore au Japon, ni aux États-Unis, tandis que Netflix envisagerait d’acheter les droits du film en exclusivité pour l’Amérique du Nord...

Résumé : Depuis son retour en ville, Bigfoot est devenu la star des médias. Au grand dam de son fils Adam qui rêvait d’une vie de famille paisible. L’adolescent essaye de dompter les incroyables pouvoirs hérités de son père et trouve réconfort auprès de la folle ménagerie abritée sous son toit. Lorsque Bigfoot est alerté par des militants écolos, il s’envole pour l’Alaska, bien décidé à combattre les méfaits de la société pétrolière X-Trakt. Quelques jours plus tard, le monde entier est sous le choc : l’aventurier velu a disparu. Le sang d’Adam ne fait qu’un tour. Cap sur le Grand Nord avec sa mère Shelly, Trapper un raton-laveur intrépide et Wilbur l’ours maladroit, pour retrouver son super-papa...

La critique de Julien

Il y a trois années sortait sur nos écrans le film d’animation « Bigfoot Junior », des studios belges nWaves, créés en 1994 par Ben Stassen, et dont les films sont maintenant distribués dans le monde entier, lui qui a d’ailleurs été un franc succès, d’où une suite aujourd’hui. Toujours entouré de Jérémie Degruson, l’un de ses directeurs artistiques, Ben Stassen poursuit donc l’histoire de la célèbre créature du Bigfoot, retrouvé par son fils Adam, quelques années auparavant. Souvenez-vous, en mal-être intérieur, capable de pouvoirs surnaturels inexpliqués comme d’entendre de très loin, de parler aux animaux, ou de guérir, Adam était harcelé à l’école, tandis que son père s’était volatilisé alors qu’il n’était qu’un enfant... C’est après la découverte de lettres cachées par sa mère qu’il entreprit des recherches dans les montagnes boisées d’Amérique du Nord pour retrouver son père, avant de le retrouver, et de constater qu’il s’agissait du Bigfoot ! Ensemble, ils allaient devoir faire face, avec des amis animaux de la forêt, à un scientifique prêt à tout pour s’emparer de Bigfoot, afin de créer des pousses de cheveux révolutionnaires... Visuellement convaincant, sans temps-morts, bourré de bonnes intentions, pas vulgaire pour un sous, mais peu développé en termes d’écriture, « Bigfoot Junior » était alors emmené par une bande-originale punchy signée par le groupe belge Puggy. Qu’en est-il donc de « Bigfoot Family » ?

Pas tous les jours facile la vie d’adolescent d’Adam ! Alors qu’il rêvait enfin d’une vie de famille paisible, voilà qu’il doit maintenant supporter la célébrité de son père, revenu à la maison avec leurs amis de la forêt, mais également dompter ses incroyables pouvoirs hérités, tandis qu’il éprouvera aussi ses premiers sentiments amoureux. Quant à Bigfoot, ce dernier peine à trouver sa place, en ville, malgré l’amour qu’il éprouve pour sa famille. C’est alors qu’il suivra l’appel de la forêt, ou plutôt l’alerte de militants écolos, en Alaska, décidés à empêcher la société pétrolière X-Trakt, soi-disant respectueuse de la nature, de forer dans le territoire des loups. Sauf que Bigfoot disparaîtra là-bas, du jour au lendemain. Malgré la rancœur qu’il éprouve envers son père pour les avoir encore abandonner, Adam, sa mère Shelly, le raton-laveur intrépide Trapper et Wilbur, l’ours maladroit, entreprendront un voyage vers le Grand Nord, afin de le retrouver, une fois de plus...

Alors que les blockbusters ont quasiment déserté les salles obscures de cet été marqué par les conséquences de la terrible pandémie du COVID-19, Ben Stassen et Jérémie Degruson ont osé maintenir la sortie de leur film d’animation, lui dont les finitions ont été apportées en... télé-travail ! Et en l’occurrence, pas besoin de voir le premier film avant de voir ce dernier, étant donné que Bigfoot, devenu une star des talk-shows, fera lui-même un résumé de cette première aventure. Placé de manière maligne, ce clin d’œil n’est pas pour nous déplaire. Toujours emmenée par l’irrésistible musique du trio Puggy, « Bigfoot Family » porte en lui un message dévoué à l’écologie, important à véhiculer aux adultes de demain, lui qui est central dans les nouvelles péripéties de la famille aux grands pieds. Sans être naïf, ni pédagogique dans ses intentions, « Bigfoot Family » manie surtout l’art du spectacle, et donc de l’animation, qui n’avait déjà plus rien à envier à ses rivaux américains depuis quelque temps. On ne peut pas encore en dire autant par contre point de vue du scénario, étant donné que l’on reste ici bien en dessous de la puissance (émotionnelle) d’un Pixar, même si elle évolue ici, et notamment par le traitement d’Adam, plus fin que précédemment. Par contre, le film enchaîne quelques déconvenues en chemin pour ses personnages, mais qu’ils auraient pu éviter s’ils avaient utilisé leurs compétences à bon escient... Rassurez-vous, cela n’est pas ici un frein, et permet à ces derniers de mieux rebondir.

C’est bien grâce aux somptueux décors sauvages diversifiés et traversés par nos héros que cette suite éblouira la famille entière, d’une ville fantôme à un train de mine sensationnel. Et on ne saura d’ailleurs que vous conseiller de la découvrir en 3D, étant donné la multitude de scènes propices à cela, et à la profondeur d’image. L’humour est également au rendez-vous, surtout grâce au duo de choc formé par le raton-laveur et l’ours. Dommage cependant que le stéréotype du méchant cupide soit de la partie. De nouvelles têtes animalières feront également ici leur apparition, telles que celle d’un élan, chargeant tous ceux qui marcheront sur son territoire, ainsi qu’un loup solitaire, voyant le sien disparaître suite à l’activité humaine, chassant quant à lui inlassablement, mais en vain, un léporidé afin de se nourrir. Bref, on apprécie suivre cette galerie de personnages autant que cette aventure familiale « vertuose ».

Trépidant, et supérieur à son prédécesseur, « Bigfoot Family » divertit sur toute la ligne, en plus de proposer un récit écolo engagé, sans être poussif, ni toujours malin, alors parsemé de paysages grandioses, enjoué par une famille par comme les autres, tandis que son action permet une utilisation plus qu’optimale de la 3D. Une chose est certaine : nWaves Pictures poursuit sa mue...

Et comme ils ne font pas les choses à moitié, retrouvez via ce lien un petit livret d’activités gratuit, et à imprimer, pour occuper les enfants pendant les vacances : https://fr.bigfootfamily.be/livret-...

https://www.youtube.com/embed/Y__Gkw4N1Hk
BigFoot Family - Bande-annonce officielle - YouTube