logo article ou rubrique
Fabrice Eboué
Barbaque
Date de sortie : 27/10/2021
Article mis en ligne le 14 octobre 2021
dernière modification le 16 octobre 2021

par Charles De Clercq

Synopsis : Vincent et Sophie sont bouchers. Leur commerce, tout comme leur couple, est en crise. Mais leur vie va basculer le jour où Vincent tue accidentellement un vegan militant qui a saccagé leur boutique... Pour se débarrasser du corps, il en fait un jambon que sa femme va vendre par mégarde. Jamais jambon n’avait connu un tel succès ! L’idée de recommencer pourrait bien les titiller...

Acteurs : Marina Foïs, Fabrice Eboué, Virginie Hocq, Jean-François Cayrey

Nous craignions le pire pour ce film qui traite avec humour un thème déjà abordé en 2003 dans Les bouchers verts d’Anders Thomas Jensen.

Si l’humour touche parfois au fameux point Goldwin, la façon dont le film se déroule privilégie l’humour, parfois caustique et renvoie dos à dos vegan et viandards.

Marina Foïs est idéale pour ce rôle, fascinante, troublante et dérangeante. Fabrice Eboué fait le job.

L’aspect gore est bien sûr présent, mais assumé (sans compter qu’il semble bien que le film soit réservé aux plus de 16 ans).

En revanche, le film pèche par son invraisemblance, à commencer par le jambon déjà disponible dès le lendemain de la mort du premier vegan. Quand on connait le temps de fabrication et de maturation du jambon, tout comme la maturation nécessaire pour la viande… mais on sait bien que ce n’est pas la crédibilité que vise le réalisateur, avec la série de meurtres (parfois ratés).

Reste la question de l’hommage assumé par Eboué à « C’est arrivé près de chez vous »… Il faut avouer que l’on est très loin de cet humour corrosif et ici l’on est dans une gaudriole, dans une farce digne d’étudiants de première année en bizutage et que le film ressemble finalement plus à un téléfilm.

Enfin, disons que même si l’on rigole, même si c’est « moins pire » que le film qui ne peut même pas s’augurer d’être un vrai « navet » Le crocodile du Botswanga et surtout que le très mauvais Coexister (caricatural et rempli de clichés), le film s’oubliera très vite après sa vision... Et ce sera peut-être une occasion de (re)voir Les bouchers verts .