Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma sur RCF

CINECURE pas un blog mais le complément sur le web des émissions radio du même nom produites par Charles De Clercq pour la radio RCF en Belgique. Celui-ci est sensible aux émotions dont il se nourrit et aime analyser les rapport entre films et romans lorsque ceux-ci sont adaptés au cinéma.

Peyton Reed (2015)
Ant-Man
Sortie le 15 juillet 2015
Article mis en ligne le 13 juillet 2015
dernière modification le 27 juillet 2015

par Charles De Clercq
logo imprimer

Un petit homme dans un Marvel qui procure un grand plaisir ! 83/100

Synopsis : L’histoire d’Ant-Man est celle d’un petit escroc du nom de Scott Lang. Doté d’une capacité étonnante - celle de rétrécir à volonté tout en démultipliant sa force - ce dernier doit embrasser la part de héros qui est en lui afin d’aider son mentor, le docteur Hank Pym, à protéger d’une nouvelle génération de redoutables menaces, le secret du spectaculaire costume d’Ant-Man. Contre des obstacles en apparence insurmontables, Pym et Lang, doivent mettre au poing - et réussir - un audacieux cambriolage qui pourrait sauver le monde dune issue fatale...

Acteurs : Paul Rudd, Evangeline Lilly, Hayley Atwell, Judy Greer, Michael Douglas, Bobby Cannavale, Michael Pena, Corey Stoll, Jordi Mollà.

Pour le fun, on pourra s’amuser de la faute qui tue dans la photo d’une affiche ci-contre. Il nous faut d’urgence un « super correcteur » [1] ! Ensuite, ce n’est pas sans appréhension que l’on assiste à la projection d’un futur blockbuster, surtout si celui-ci est assorti d’un embargo [2]. Dans la majorité des cas, nous avons l’impression que le film sera une daube ! Et si cela se vérifie très souvent, il me faut reconnaître qu’il n’en est rien ici et que j’ai été très souvent scotché dans mon fauteuil et bluffé à la sortie. Et à ce sujet, c’est Marvel, donc il ne faut pas sortir trop tôt de la salle ! En effet, il y a deux petits suppléments qui donnent des informations sur la suite : le premier durant le générique et le second, tout à la fin de celui-ci. C’est passionnant et je ne dirai rien sur celui, ceux, celle qui apparaissent dans ces « bonus ». Je dois reconnaître que cette incitation à s’intéresser au générique jusqu’au bout a tout mon agrément !

Dès ma pré-adolescence, j’étais fan de comics et de superhéros, mais je ne suis pas au niveau d’autres fans et geeks qui connaissent ces univers jusqu’au bout des doigts et des neurones et en particulier comme ces héros et univers se sont rencontrés voire télescopés. De Ant-Man et du docteur Hank Pym je ne savais rien, même si un ami a tenté de m’expliquer ce qu’il en était. Il est probable que les fans pourront discuter des heures durant de l’univers qui nous est proposé dans Ant-Man et des éventuelles différences voire contradictions avec les comics originaux. De mon côté, j’ai abordé le film comme critique cinéma et, au film de l’évolution du récit, je l’ai reçu comme un enfant !

Le réalisateur prend le temps de présenter ses personnages : les bons et les mauvais, ceux aussi qui font les mauvais choix. Nous n’aurons donc pas immédiatement de l’action. Je ne suis pas naïf : lors de la prochaine apparition d’Ant-Man, nous serons directement dans le vif de l’action. Ce sont les règles du jeu et je les accepte bien volontiers. On ne demande pas à un film Marvel de jouer dans la cour du cinéma d’auteur ou indépendant. La découverte des différents protagonistes : Le Dr Henry Pym (Michael Douglas que l’on a fameusement « rajeuni » dans les premières minutes du film - c’est bluffant - pour le présenter au récit dans les années 89) Scott Lang (Paul Rudd) en (gentleman ?)cambrioleur en voie de (re)conversion... dans le cambriolage de la maison de Pym. Darren Cross (excellent Corey Stoll) dans le rôle du pas gentil Yellowjacket. Quelques amis de Scott (dont Michael Peña et quelques autres « bras cassés » que vous découvrirez à l’écran). Paxton (Bobby Cannavale), le nouveau compagnon de l’ex-femme de Sam, policier de métier qui fera tout pour empêcher le père biologique de Cassandra de voir celle-ci. Délicieusement irritant dans sa façon d’arriver toujours au mauvais moment et bousculer les plans des « bons » de l’histoire. De celle-ci, je ne dirai absolument rien : il y a déjà assez dans la bande-annonce.

En revanche, il faut une mention toute particulière pour les effets spéciaux, notamment la rencontre avec les fourmis (mais pas que, et loin de là !). C’est comme si l’on avait boosté au maximum les effets [3] de Tron, Tron Legacy et Honey, I Shrunk the Kids ou Innerspace pour nous fournir la quintessence de ce que l’on peut faire actuellement. Il y a des séquences quasiment jubilatoires, entre autres une scène avec un train miniature. Il y a du second degré quand on passe d’un plan « modèle réduit » au plan « taille réelle ». Sans compter qu’il y a aussi des super-agrandissements et même un passage dans l’univers quantique ! Il y a un travail technique, informatique, des effets spéciaux et l’on se doute qu’il y a dû y avoir énormément de cascades (et donc de cascadeurs auxquels il faut rendre hommage) sur fond vert. Si ce n’est pas toujours gratifiant pour les acteurs, ce l’est, en revanche, pour le spectateur qui découvre le résultat sur grand écran... en en 3D. Mes lecteurs et auditeurs savent mes réticences pour le relief... et j’ai vu le film en 2D. Je n’attends qu’une chose : la sortie en salle pour le revoir en 3D avec un vrai public (*).

Ma note traduit mon enthousiasme. Je répète : il ne s’agit pas d’un film d’auteur, mais d’un très bon film de divertissement, bien construit, avec un scénario qui tient la route (pour autant que l’on admette les règles du jeu de l’univers Marvel !) et avec de bons moments d’humour. Bien plus, le film aborde ou esquisse les relations paternelles et filiales. Plus exactement « pères/filles ». Les liens perdus entre Scott et sa petite fille ; ceux blessés, distendus entre le docteur Pym et sa fille Hope (Evangeline Lilly). Et celui-ci n’envisageait-il pas, au début, en un temps non suspect, Darren Cross (Yellojacket) comme un fils spirituel ? Alors, même si le film est avant tout une opération commerciale et pas du Saint-Esprit, j’ai vraiment pris beaucoup de plaisir à voir un film de superhéros malgré lui (voire antihéros !), d’espionnage, de science-fiction et de casse... même si le cambriolage dont il est question ici est plus proche de Mission Impossible que des films de l’âge d’or américain !

Enfin, si vous voulez découvrir la critique d’un fan du Marvel Cinematic Universe (MCU), quasiment un vrai geek, n’hésitez pas à poursuivre par la lecture l’article de Thibault Van de Werve, rédacteur en chef de Cinéphilia.fr.

(*) Mise à jour : « Avec un vrai public », ce que je viens de faire ce 15 juillet. Alors, bien sûr, il faut accepter les pots géants de popcorn, les smartphones allumés, les enfants trop jeunes qui s’ennuient et jouent sur leur téléphone... Alors, la 3D sans être au top ajoute un petit plus mais pas autant que je l’espérais. En revanche, c’est avec le même plaisir et la même jubilation que j’ai revu le film. Le public était très enthousiaste ; les rires étaient fréquents au moment de scènes, disons « décalées », ainsi par exemple, j’avais oublié Disintegration de The Cure que l’on entend dans une bien curieuse situation !

Notes :

[1qui nous serait d’ailleurs utile à nous journalistes qui voyons les fautes des autres, mais pas les nôtres dans nos articles.

[2C’est-à-dire que l’on ne peut pas publier de critique avant une date déterminée.

[3Les quatre liens qui suivent renvoient vers les fiches IMDB.


flèche Sur le web : Lien vers la fiche IMDB


Mots-clés associés

Au hasard...

0 | 10 | 20 | 30

Kingsman : The Golden Circle (Kingsman : Le cercle d’or)
le 21 septembre 2017
Ballerina
le 30 novembre 2016
Sameblood (Sami Blood)
le 18 avril 2017
En équilibre
le 11 juin 2015
Un moment d’égarement
le 7 juin 2015
She’s Funny That Way (Broadway Therapy)
le 20 mai 2015
Chair de poule (Goosebumps)
le 15 janvier 2016
San Andreas
le 27 mai 2015
K.O.
le 10 juin 2017
Jamais contente
le 7 décembre 2016


Plan du site Espace rédacteurs puce

RSS

2014-2017 © CINECURE - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.31