Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma

Cinécure est historiquement lié aux émissions radio consacrées au cinéma par Charles De Clercq sur RCF. Depuis l’automne 2017, Julien apporte sa collaboration au site qui publie ses critiques.

logo article ou rubrique
Guy Ritchie
Aladdin
Sortie le 29 mai 2019
Article mis en ligne le 25 mai 2019
dernière modification le 28 mai 2019

par Charles De Clercq

Synopsis : Quand un charmant garçon des rues du nom d’Aladdin cherche à conquérir le cœur de la belle, énigmatique et fougueuse princesse Jasmine, il fait appel au tout puissant Génie, le seul qui puisse lui permettre de réaliser trois vœux, dont celui de devenir le prince Ali pour mieux accéder au palais…

Acteurs : Will Smith, Naomi Scott, Mena Massoud, Marwan Kenzari, Numan Acar

Fallait réaliser un remake du film d’animation de 1992 avec Robin Williams ? Peut-être pas, mais comme Disney prend cette direction, à savoir reprendre ses succès et les réaliser en mêlant prises de vues réelles et animation, il faut bien dire ce que l’on en pense. A dire vrai, comme nous apprécions Guy Ritchie, nous avions un a priori favorable. Comme nous connaissions Will Smith, nous l’étions un peu moins. Pouvait-il succéder par son corps à la voix de l’autre génie (peut-être même ici au double sens du terme). A dire vrai, notre mémoire de l’original n’était plus très fraiche après plus de vingt-cinq ans.

La première impression était mitigée. Non pas à cause de la longueur du film (128 minutes) par rapport à l’original de 87 minutes, mais plutôt d’une approche qui nous paraissait déjantée, too much. En même temps nous avons beaucoup apprécié le fait que les principaux acteurs aient des origines du moyen ou proche orient, au moins d’ascendance (Mena Massoud, Navid Negahban, Nasim Pedrad et même Marwan Kenzari !). A dire vrai, dans le lot c’était la Britannique Naomi Scott qui détonnait ! Bien plus, nous nous sommes dit que le vrai challenge, le vrai bouleversement qui eut rendu le film bouleversant... aurait été de tourner le film en langue arabe. Cette histoire-là aurait bien mérité d’être entendue avec les sonorités chatoyantes de cette langue orientale. Mais c’est politiquement incorrect de l’écrire et probablement que ce l’aurait été plus encore de le faire.

Si certains critiquent l’interprétation de Marwan Kenzari dans le rôle de Jafar, nous ne sommes pas de ceux-là, car à défaut de faire le très mauvais que l’on attendait, son physique de Tunisien rend son personnage crédible. Certes l’on dit que pour faire un bon film il faut un bon méchant... Pour nous il l’est et nous n’avons pas été choqué par ce personnage dont la sournoisie et la perfidie nous semblait bien rendues.

Pour avoir revu après la projection le film de 1992 qui est sorti en bluray il y a quelques années, les doutes et les questions par rapport au remake se sont envolés ! En gros, il s’agit de la même histoire... mais avec beaucoup de changement, ainsi la servante (brillamment interprétée par l’actrice iranienne Nasim Pedrad) n’est pas présente dans l’original et a ici toute une ligne narrative et des liens avec le génie. Et justement, le génie n’est pas ici too much. Will Smith en fait des tonnes, mais c’était le cas aussi dans l’original. Celui-ci n’est pas effacé ou diminué par la reprise de Ritchie. Mais cette adaptation est loin de démériter : elle pétille dans tous les sens, virevolte, étonne, détonne. Autant dire que nous sommes conquis. Revenant à la question initiale... il ne fallait probablement pas un remake, mais celui-ci est enchanté et enchanteur (et c’est normal pour une comédie musicale) qu’il ne démérite pas à côté de son ainé. C’est autre chose, mais vaut amplement la peine d’être vu, surtout peut-être par les adultes qui pourront le visionner au second degré (mais nous avons eu la même impression pour le film de 1992 que nous venons de revoir).

Ce n’est certes pas un sans fautes, il manque peut-être d’aspérité, mais le cœur a été touché et il a ses raisons que la raison ne connait pas !



Au hasard...

0 | 10 | 20 | 30

Ils sont partout
le 13 mai 2016
Belgian Disaster
le 20 août 2015
Les petits flocons
le 17 janvier 2019
The Post (Pentagon Papers)
le 16 janvier 2018
A star is Born
le 26 septembre 2018
Sauver ou périr
le 17 novembre 2018
L’Ora Legale (L’heure légale)
le 1er mars 2017
Mes séances de lutte
le 2 mai 2015
Grand froid
le 19 août 2017
Les oiseaux de passage
le 24 mars 2015
Espace rédacteurs RSS

2014-2019 © CINECURE - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.3.7