Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma sur RCF

CINECURE pas un blog mais le complément sur le web des émissions radio du même nom produites par Charles De Clercq pour la radio RCF en Belgique. Celui-ci est sensible aux émotions dont il se nourrit et aime analyser les rapport entre films et romans lorsque ceux-ci sont adaptés au cinéma.

Hirokazu Kore-Eda
After the Storm (Umi yori mo mada fukaku)
Sortie le 26 avril et le 3 mai 2017
Article mis en ligne le 11 mars 2017
dernière modification le 10 mai 2017

par Charles De Clercq
logo imprimer

Comment être père ? Qu’est-ce qu’une famille ? Chroniques d’un bonheur inaccessible. 74/100

Synopsis : Malgré un début de carrière d’écrivain prometteur, Ryota accumule les désillusions. Divorcé de Kyoko, il gaspille le peu d’argent que lui rapporte son travail de détective privé en jouant aux courses, jusqu’à ne plus pouvoir payer la pension alimentaire de son fils de 11 ans, Shingo. A présent, Ryota tente de regagner la confiance des siens et de se faire une place dans la vie de son fils. Cela semble bien mal parti jusqu’au jour où un typhon contraint toute la famille à passer une nuit ensemble… (ci-contre, le réalisateur).

Acteurs : Abe Hiroshi, Yoko Maki, Kirin Kiki, Satomi Kobayashi

Hirokazu Kore-Eda explore des thèmes qui lui sont coutumiers : la famille et en particulier la paternité. Qu’est-ce qu’être père ? Comment l’être ? Avec Tel père, tel fils il abordait cette question par le biais de la filiation et de l’éducation. Sont-ce les gènes ou l’éducation qui font un fils (et, en corollaire, un père) ?

Ici, sur fond d’un tempête (un typhon) annoncée, le réalisateur aborde la paternité sous un autre angle. Comment être père lorsque le couple est dissocié et que l’on n’a plus la garde de son enfant que l’on ne peut voir son fils qu’à de rares moments ? Comment être père lorsque l’on est un loser, en tout cas pour l’ex-épouse ? Et quand on est loser et que l’on fait tout pour le rester en jouant aux courses le peu que l’on gagne... comment regagner la confiance ?

Le réalisateur prend son temps pour nous amener à la tempête en nous présentant les différents protagonistes, en particulier une aïeule (l’actrice Kirin Kiki) qui voudrait voir se réunir l’homme, la femme et l’enfant (Shingo, joué par le très jeune et excellent Yoshizawa Taiyo). Ce qu’elle fera ou tentera de faire lors du fameux typhon annoncé.

Comme toujours chez Kore-Eda, les acteurs, bien choisis, sont au top de l’interprétation et habitent leurs personnages. Chacun semble être enfermé dans la bulle de son destin, chacun a des rêves différents qui pourraient être des cauchemars pour les autres. Ainsi l’ex-épouse qui veut garder son autonomie et n’envisage pas de refaire sa vie avec un romancier raté. Celui-ci pourra-t-il écrire le récit de sa vie ? La tempête lui sera-t-elle favorable ? Comment devenir adulte finalement alors même que ses défauts l’en empêchent ? Le spectateur sera probablement en empathie avec cet homme qui semble rater toutes les occasions. Perdant au jeu, volant ou tentant de voler l’argent de sa mère...

Si la tempête physique tarde à venir, la tempête n’est-elle pas dans la tête de ce père divorcé alors que tout semble paisible aux alentours ?

Enfin, j’avoue que le film a plus parlé à la tête qu’au cœur, dès lors, pour en savoir plus, je vous invite à lire la critique enthousiaste d’Olrik sur le site Bulles de Japon.

Vous pouvez également cliquer sur le lien ci-après pour lire quelques notes, extraites du dossier presse :


Notes d’intentions du réalisateur

L’idée de ce film remonte à 2001. Après la mort de mon père, ma mère commença à vivre seule dans une cité HLM. Lorsque je suis allé la voir pendant les vacances du Nouvel An, j’ai pensé que j’aimerais filmer un jour une histoire sur cet ensemble de résidences.

La première chose qui me vint à l’esprit était une scène de déambulation à travers l’ensemble des bâtiments avec à leur pied l’herbe devenue très belle au lendemain du typhon. J’avais des souvenirs de mon enfance, sur le chemin de l’école, lorsque je ramassais des branches d’arbre tombées sur le sol. Je me souviens de la beauté de la résidence après l’orage.

À partir de là, en me concentrant sur les évènements qui se sont déroulés pendant la nuit du typhon, l’histoire d’une famille commença à prendre forme. J’ai commencé à écrire le scénario pendant l’été 2013. Et j’ai écrit sur la première page : « Tout le monde ne peut pas devenir celui qu’il voulait être ». J’ai pensé que c’était une histoire qui avait un thème fort. Donc j’ai fait de Ryota un homme qui travaille dans une agence de détectives alors qu’il veut devenir romancier. Mais il ne fait jamais rien de bien ; pas seulement au travail, mais à la maison aussi - où il est un fils, un mari, un père et un jeune frère : en effet, le protagoniste du film aspire au succès en tant qu’écrivain alors qu’il travaille pour une agence de détective, sous prétexte de « recherches ». Bien qu’il soit marié et père d’un enfant, il a détruit sa famille par son addiction aux jeux d’argent. La vie qu’il mène dans son travail et en dehors est très différente de celle qu’il avait imaginée. Ca n’aurait pas dû être ainsi. Et Ryota n’est pas le seul… C’est la même chose pour les autres personnages que nous rencontrons dans le film, accablés par une réalité sans espoir et incapables d’abandonner leurs rêves ; c’est la raison pour laquelle le bonheur reste inaccessible.

C’est une histoire qui jette un regard intime sur le présent des personnes et leur façon d’être. Tous les personnages ont vécu de grandes difficultés à devenir les adultes qu’ils voulaient devenir lorsqu’ils étaient enfants. Toutefois, ils continuent d’essayer de trouver un moyen d’apprécier la vie, aussi différente soit-elle du futur dont ils avaient rêvé. Avoir accepté les changements qui se sont opérés en moi après la mort de ma mère et de mon père donne ce film qui est celui qui me ressemble le plus. Après ma mort, si je me retrouve devant Dieu ou le Juge de l’Au-delà et qu’on me demande : « Qu’as-tu fait sur Terre ? » Je pense que je leur montrerai Après la tempête en premier.


Diaporama

© 2016 Fuji Television Network Bandai Visual AOI Pro Inc.Gaga Corporation

Bande-annonce (VO)

https://www.youtube.com/embed/BPW8QJ4N5PE
After the Storm - Trailer (English Sub) - YouTube

flèche Sur le web : Lien vers la fiche IMDB

Mots-clés associés

Au hasard...

0 | 10 | 20 | 30

Le chant de la mer (Song of the Sea)
le 8 décembre 2014
Casus Belli. Les sentiers de la paix.
le 13 septembre 2014
Ni le ciel ni la terre
le 15 septembre 2015
Le chant des hommes (Rising Voices)
le 1er décembre 2015
La taularde
le 1er septembre 2016
Black Coal, Thin Ice (Bai Ri Yan Huo)
le 24 octobre 2014
Ant-Man
le 13 juillet 2015
Sous le même toit
le 11 avril 2017
Sonar
le 3 mai 2017
Cargo
le 26 juin 2017


Plan du site Espace rédacteurs puce

RSS

2014-2017 © CINECURE - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.31