Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma sur RCF

CINECURE pas un blog mais le complément sur le web des émissions radio du même nom produites par Charles De Clercq pour la radio RCF en Belgique. Celui-ci est sensible aux émotions dont il se nourrit et aime analyser les rapport entre films et romans lorsque ceux-ci sont adaptés au cinéma.

Kaouther Ben Hania
Aala Kaf Ifrit (La belle et la meute)
Sortie le 6 décembre 2017
Article mis en ligne le 1er octobre 2017

par Charles De Clercq
logo imprimer

Un film dur et âpre. Une nuit en enfer pour Marie et Joseph (Mariam etYoussef) !
Neuf plans-séquences qui enferment protagonistes et spectateurs dans un cadre nauséeux. 80/100

Synopsis : Lors d’une fête étudiante, Mariam, jeune Tunisienne, croise le regard de Youssef. Quelques heures plus tard, Mariam erre dans la rue en état de choc. Commence pour elle une longue nuit durant laquelle elle va devoir lutter pour le respect de ses droits et de sa dignité. Mais comment peut-on obtenir justice quand celle-ci se trouve du côté des bourreaux ?

Acteurs : Mariam Al Ferjani, Noomane Hamda, Ghanem Zrelli, Chedly Arfaoui, Mourad Gharsalli.

C’est en 2013 que Meriem Ben Mohamed publie un roman. Coupable d’avoir été violée dont on trouvera en note la présentation de l’éditeur [1]. Au terme d’un long combat, les violeurs de Meriem Ben Mohamed (nom d’emprunt) ont été condamnés d’une peine plus lourde en appel en novembre 2014.

C’est donc une « histoire vraie » qui est au cœur de ce film, mais elle est très librement adaptée par Kaouther Ben Hania à qui l’on doit Le Challat de Tunis un faux documentaire. Très librement, car si le thème et l’histoire de base sont les mêmes, en revanche, le cadre, les noms et la temporalité sont modifiés, notamment pour être « théâtralisés » en neuf plans-séquences d’une bonne dizaine de minutes. Cette théâtralisation et ces neuf scènes tournées chacune sans interruption accentuent l’effet dramatique, comme au théâtre (qui est, comme l’explique la réalisatrice, un plan séquence qui peut durer parfois 1h30 à 2 heures). Là où le roman commence par la présentation de Meriem (qui réside chez ses parents) en voiture avec Ahmed - qu’elle connaît -, leur relation intime, l’intervention des policiers la nuit du 3 au 4 septembre 2012, le film raconte l’histoire de Mariam et de Youssef. Mariam est dans un centre pour jeunes filles. Lors d’une soirée aux bénéfices de celles-ci, après s’être habillée d’une robe très sexy prêtée par une amie, elle va s’intéresser à Youssef qu’elle ne connait pas. L’intervention des policiers et le viol seront traités hors champ !

Parce qu’elle est formée au cinéma documentaire, parce que les plans-séquences demandent une grande rigueur et une préparation millimétrée, la réalisatrice a fait majoritairement appel à des comédiens issus du milieu théâtral et a répété plusieurs fois les scènes avec eux. Il en ressort une œuvre forte au plan humain, théâtrale probablement ou a fortiori. Un critique de nos amis faisait part de sa déception. Il trouvait le film décevant au plan cinématographique : les plans étaient mal gérés, le scénario trop démonstratif, tandis que l’actrice principale avait dû mal à porter le poids du rôle sur ses épaules. Nous lui disions que l’on ne pouvait qu’adhérer au plan humain, que l’on pouvait rêver de quelque chose de bien meilleur, mais que le critique se mettait ici en retrait. Mais après cette mise en retrait, le critique est revenu à la surface et ne partagera pas la déception de son confrère. C’est que le film est un véritable coup de poing en plein visage. Une réalité brutale qui est montrée là. C’est aussi une critique de la Tunisie, celle du temps d’Zine el-Abidine Ben Ali [2] mais aussi celle d’après son départ. Le choix des plans-séquences, la dramatisation apporte ici une rigueur formelle au film conférant une densité kafkaïenne au récit quasiment horrifique de cette jeune fille. Le cadre imposé par le plan séquence ne donne aucune case de fuite pour le spectateur et encore moins pour Mariam. Prise aussi dans un cadre juridique qui impose des règles strictes pour qu’un viol soit reconnu. Ce sera pour elle un parcours du combattant pour elle, parcours qui lui imposera de passer dans le commissariat où travaillent ses bourreaux. Peu sont prêts à l’aider et si l’un ou l’autre des protagonistes manifeste un peu de compréhension, l’on entend presque les pensées profondes (voire les impensés) de ses vis-à-vis que nous pourrions transcrire ainsi : « Ma soeur, ne t’étonne pas de ce qui t’est arrivé, tu es une véritable provocation avec ta tenue ».

Le spectateur qui aura fait l’effort d’aller voir ce film ne devrait pas en sortir indemne. C’est qu’il sera confronté à une sorte d’universel qui marque encore nos sociétés, ici, « chez nous ». Cela peut-être, de façon banale, la crispation face à l’utilisation de l’écriture inclusive pour les pays francophones. Ce sont aussi les listes électorales qui, si elles doivent compter autant de femmes que d’hommes, ne concrétisent pas cela (sauf exception) dans les Assemblées. Ce ne sont donc pas seulement (mais ce l’est aussi) les mariages forcés, ailleurs, mais ici les insultes, les agressions verbales et physiques... quotidiennes. Comme s’il fallait se justifier d’être femme. Le film nous a donné une même impression qu’avec Le Challat de Tunis ! Nous pensons que les acteurs n’ont pas dû se forcer pour jouer leurs rôles. Certes, ils sont acteurs (venant essentiellement du théâtre), mais ils sont aussi des hommes, entendons des « mâles ». Et donc, bien qu’acteurs, le machisme plus ou moins (in)conscient qui les habite a dû « jouer » dans leur jeu, leur mise en scène ! La belle et la meute n’est pas un documentaire, ce n’est pas du « cinéma du réel ». Mais, tout comme avec son film précédent — qui était un faux documentaire pour dire une vérité sur la société tunisienne — cette reconstruction est une véritable mise en avant de l’obscène (à savoir ce qui ne doit pas être montré sur la scène, ce que l’on ne voit pas, ne dit pas, n’entend pas comme les trois singes). Kaouther Ben Hania met donc en scène cet obscène de la société. Ce qui est caché, enfoui, depuis la fondation du monde. Caché à la société, à notre propre conscience ! La réalisatrice nous oblige à regarder, à écouter ce que cette femme a vécu. La fragilité de la jeune actrice Mariam Al Ferjani permet de faire écho de celle qui fut violée une nuit de septembre. L’actrice lui donne ici la parole. Elle est sa voix, mais aussi la voix de toutes les femmes qui, chaque jour, partout dans le monde, et ici dans nos pays, sont insultées, violées, violentées, tabassées, voire tuées !

Diaporama

Bande-annonce :

Notes :

[1Ce jour-là, elle avait dîné avec Ahmed, son fiancé, dans un restaurant de La Marsa, banlieue chic de Tunis, et elle le reconduisait en voiture chez lui. Soudain, trois policiers surgissent des ténèbres. Sans doute pensent-ils avoir les mêmes droits que du temps de Ben Ali : pour Ahmed, ce sera du racket ; Meriem, elle, subira plusieurs viols. Et l’affront d’être traitée en coupable, ses agresseurs l’accusant de l’avoir trouvée sans voile, en jupe, et avec un homme. Le nouveau président tunisien a beau s’être excusé pour l’outrage, le gouvernement islamiste a ses idées là-dessus. Beaucoup de Tunisiens aussi. Une fille sexuellement agressée est souvent considérée comme coupable et, dans les familles, le sujet reste tabou. La mère et les sœurs de Meriem sont au courant de son drame. Pas son père ni son frère, dont elle redoute les réactions. Elle doit donc garder son secret au sein de sa propre maison. De plus, cette jeune musulmane, issue d’une classe moyenne, a été inculpée pour « atteinte à la pudeur », délit passible de 6 mois de prison. Son histoire a ému la communauté internationale et tous les efforts ont été faits pour l’aider. Elle a obtenu un non-lieu le 28 novembre 2012.

[2Un mouvement de protestation populaire le contraint à quitter le pays le 14 janvier 2011. Il abandonne ainsi son poste de président de la République pour se réfugier à Djeddah, en Arabie saoudite (source Wikipedia).


flèche Sur le web : Lien vers la fiche IMDB


Mots-clés associés

Au hasard...

0 | 10 | 20 | 30

Still Alice
le 6 février 2015
National Gallery
le 10 décembre 2014
Il y a six ans : The Tree of Life ! (I)
le 20 avril 2017
Belgian Disaster
le 20 août 2015
Si j’étais un homme
le 11 février 2017
Two Night Stand
le 29 novembre 2014
Iris
le 19 octobre 2016
Morning After
le 13 août 2017
Timbuktu
le 8 décembre 2014
Gangsterdam
le 7 mars 2017


Plan du site Espace rédacteurs puce

RSS

2014-2017 © CINECURE - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.57