logo article ou rubrique
Tom Tykwer
A Hologram for the King
Sortie le 12 octobre 2016
Article mis en ligne le 17 août 2016
dernière modification le 7 août 2019

par Charles De Clercq

Synopsis : Alors que l’Amérique est en pleine récession, un homme d’affaires tente une dernière fois d’éviter la banqueroute dans le but de payer les études de sa fille, en se rendant en Arabie Saoudite pour vendre son idée à un puissant monarque.

Acteurs : Tom Hanks, Tom Skerritt, Sarita Choudhury, Tracey Fairaway, Megan Maczko, Dhaffer L’Abidine, Jane Perry.

Tom Tykwer adapte un roman homonyme de Dave Eggers (2014). Autant dire qu’alors que nous avons l’habitude de lire les romans adaptés au cinéma, ce film ne nous y incite pas. C’est la grosse déception ! Tykwer, c’est quand même celui qui a réalisé Lola rennt et Perfume : The Story of a Murderer... Il y a bien eu Cloud Atlas avec L. et L. Wachowski... qu’on lui pardonnerait à cause des deux autres... mais point trop n’en faut. Nous avons découvert un film caricatural qui ne sait sur quel pied danser. S’agit-il d’une mauvaise critique du choc de deux cultures ? S’agit-il d’une histoire d’amour ? L’on se dira que c’est une comédie dramatique, mais le genre est difficile à maitriser. Ici, c’est complètement raté. L’histoire tire en longueur et les situations présentées sont grotesques. C’est un regard très américain qui nous présente l’Arabie saoudite et la culture avec énormément de clichés. Se greffe là-dessus une impossible histoire d’amour avec une médecin du pays à laquelle il est bien difficile de croire. Nous avons feuilleté quelques pages du roman sans l’acheter et certains éléments s’y retrouvent, notamment sa gestion du temps, la circulation en voiture avec Yousef, sa boule qui grossit dans le dos... C’est donc peut-être fidèle ? ou pas ? Nous sortons de la projection avec l’impression d’avoir perdu notre temps. On a beau avoir de bons acteurs, donc Tom Hanks soi-même, cela ne fait pas un bon film pour autant. Nous n’allons pas nous attarder, même pas pour chercher une critique positive. Désolé !