Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma sur RCF

CINECURE pas un blog mais le complément sur le web des émissions radio du même nom produites par Charles De Clercq pour la radio RCF en Belgique. Celui-ci est sensible aux émotions dont il se nourrit et aime analyser les rapport entre films et romans lorsque ceux-ci sont adaptés au cinéma.

Héctor Cabello Reyes
7 jours pas plus
Sortie le 30 août 2017
Article mis en ligne le 8 août 2017
dernière modification le 22 octobre 2017

par Charles De Clercq
logo imprimer

Oh la vache : une excellente adaptation ou remake d’un film argentin !
L’incommunicabilité amène à d’étonnants rapprochements avec humour et sensibilité. 70/100

Synopsis : Quel est le point commun entre une vache qui tombe du ciel, un quincaillier célibataire et maniaque, un jeune Indien perdu, et une jolie Normande qui aime les quincailliers maniaques ? Une simple question : tout ce qui nous arrive relève-t-il vraiment du hasard ? (ci-contre, le réalisateur : source).

Acteurs : Benoît Poelvoorde, Alexandra Lamy, Pitobash, Anne Girouard.

 Un scénariste devient réalisateur

Il s’agit de la première réalisation de l’acteur et scénariste Héctor Cabello Reyes. Sachant que son premier scénario était celui du dispensable Poltergay en 2006 et de Barbecue en 2014, on pouvait craindre le pire. Néanmoins, il y avait eu l’an dernier Retour chez ma mère d’Eric Lavaine, qui sortait un peu du lot des médiocres comédies françaises habituelles et en 2013, 9 mois ferme d’Albert Dupontel. Il y avait surtout la coécriture du scénario du film Le concert de Radu Mihaileanu en 2009.

 Remake ou libre adaptation ?

Pour le coup, il valait la peine d’être attentif à son dernier film, remake ou libre adaptation de Un cuento chino de Sebastián Borensztein (2011)(synopsis en note (attention spoiler !) [1]. Au départ celui-ci reprenait l’histoire vraie d’une vache qui tombait du ciel. Elle se passait en Sibérie et le réalisateur argentin va la transformer en conte doux-amer avec Ricardo Darín dans le rôle de Roberto, un quincailler maniaque qui va voir sa vie bouleversée par la rencontre inopinée avec Jun (Ignacio Huang) un jeune chinois. Ce film argentin avait été remarqué, avait séduit et obtenu plusieurs prix : Meilleur film et prix du public au Festival international du film de Rome ; Prix Sud du meilleur film argentin en 2011 ; Prix Goya du meilleur film étranger en langue espagnole en 2012. Il était donc délicat d’adapter ce conte et d’en faire un remake, un concept qui ne parle pas au réalisateur : « Comme je viens du théâtre, la notion de « remake » ne me parle pas. Quand tu adaptes Hamlet par exemple, tu ne fais pas un remake, tu crées ta propre mise en scène. C’était un film formidable (NDLR : Un cuento chino), mais je voyais certaines choses différemment. Je me suis vraiment emparé de l’histoire, je me suis projeté. Je voyais très bien comment la raconter et en faire quelque chose d’autre, avec plus d’émotion et de profondeur, tout en gardant la comédie. La comédie italienne faisait beaucoup ça, ce passage permanent entre émotion et rire. ».

 Le pari est gagné

Si l’original argentin n’est pas dépassé par son adaptation franco-belge par le chilien Héctor Cabello Reyes [2], il n’empêche que le réalisateur s’en sort bien, aidé en cela par ses acteurs, tout particulièrement Benoît Poelvoorde qui n’excelle jamais autant que dans les œuvres où le drame côtoie de très près la comédie. Sans être un copier/coller de l’original, celui ou celle qui l’a vu en salle ou en DVD sera en terrain connu si pas conquis ! Le développement et l’itinéraire sont analogues à défaut d’être semblable et l’acteur Pitobash excelle dans son rôle de l’indien Ajit (et pas l’hindou donc !) à la place du chinois Jun. On jouera sur les mots en signalant que si pour l’un et l’autre protagoniste leurs langues respectives (hindi et français) sont du... chinois tant dans le film que dans le monde réel. Ainsi si Poelvoorde ne connait pas l’hindi, Pitobash ne connait pas le français ! Il a dû être dirigé en anglais et a appris les répliques de Pierre (Benoît Poelvoorde) de façon phonétique [3]. C’est probablement involontaire, mais cette incompréhension mutuelle des deux acteurs dans le « réel » a dû influencer leur façon de jouer et de transmettre avec beaucoup d’efficacité l’incommunicabilité, un des thèmes du film. S’y ajoute celui de l’enfermement de ce français du Nord qu’un deuil a marqué et empêche d’être en relation. Si Ajit n’est pas à proprement parler un migrant, cette dimension est présente dans le film. Le réalisateur n’y a « pas pensé une seule seconde. Dans mon esprit, cet Indien n’était pas un migrant, c’était un type qui travaillait à bord d’un bateau et qui se retrouve dans une situation imprévue. Je l’ai volontairement laissé dans le flou en laissant chacun s’approprier l’histoire comme il le voulait. Il se trouve que le film prend une résonance particulière aujourd’hui. Mais j’aimerais que les spectateurs le voient comme un conte, une fable. Je voulais surtout leur parler d’un ailleurs. »

Des gags feront rire des spectateurs (ce qui a été notre cas, souvent) peut-être involontairement, mais ils font mouche pour mieux découvrir cet homme qu’une vie trop mal rangée et repliée sur elle-même a transformé en quelqu’un d’amer et de bougon. La relation avec Ajit va les aider l’un et l’autre à se découvrir à travers des situations absurdes parfois, mais qui trahissent souvent un état de la société. Il ne faut pas oublier la relation avec Jeanne, reprise du film original... mais qui manque peut-être un peu d’originalité. S’il fallait faire un (petit) reproche au film, c’est de ne pas assumer totalement sa belgitude en la reportant fictivement en France. Mais c’est peut-être la règle du jeu du tax-shelter qui nous permet d’offrir ici un petit conte qui ne manque pas d’humour et de sensibilité. Un film sans prétention et qui fait du bien ! Oh, la vache, serait-ce possible ? Même si cela ne tombe pas du ciel : oui !

 Diaporama

 Bande-annonce :

Lien vers la critique de Julien Brnl

Notes :

[1En Chine, une vache tombe d’un avion et s’écrase sur un bateau où Jun s’apprête à demander en mariage sa fiancée. La jeune fille est tuée dans l’accident. En Argentine, à Buenos Aires, Roberto est un homme solitaire et maniaque, qui possède une petite quincaillerie. Il a pour marotte la recherche de faits divers insolites dans les journaux, et résiste aux avances de Mari, la sœur d’une de ses connaissances, très amoureuse de lui. Un jour, Roberto voit un Chinois jeté hors d’un taxi. Le jeune homme ne parle pas un mot d’espagnol, pas plus que Roberto ne comprend le chinois, mais ce dernier essaie de l’aider et le recueille chez lui, s’écartant de sa vie routinière. (source Wikipedia)

[2(de nationalité française (après avoir été écolier en Australie et poursuivi ses études en France où il se consacre entièrement au théâtre)

[3(ce qui ne fonctionnait pas toujours quand le Belge se permettait d’improviser certains textes !)


flèche Sur le web : Lien vers la fiche IMDB


Mots-clés associés

Au hasard...

0 | 10 | 20 | 30

War Dogs
le 20 août 2016
And So It Goes
le 23 septembre 2014
Hell or High Water (Comancheria)
le 11 septembre 2016
Carol
le 3 octobre 2015
Taxi Teheran
le 18 mars 2015
Le ciel flamand
le 12 novembre 2016
Mea Culpa
le 1er septembre 2014
Me and Earl and the Dying Girl (This is Not A Love Story)
le 10 novembre 2015
Samba
le 1er octobre 2014
Stonehearst Asylum (Eliza Graves)
le 16 octobre 2014


Plan du site Espace rédacteurs puce

RSS

2014-2017 © CINECURE - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.57