Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma sur RCF

CINECURE pas un blog mais le complément sur le web des émissions radio du même nom produites par Charles De Clercq pour la radio RCF en Belgique. Celui-ci est sensible aux émotions dont il se nourrit et aime analyser les rapport entre films et romans lorsque ceux-ci sont adaptés au cinéma.

Andrew Haigh (2015)
45 Years
Sortie le 10 février 2016
Article mis en ligne le 12 septembre 2015
dernière modification le 16 février 2016

par Charles De Clercq
logo imprimer

Film bouleversant. Un cinéaste des émotions, des corps et de l’amour ! 88/100

Synopsis : Kate et Geoff Mercer sont sur le point d’organiser une fête pour leur 45ème anniversaire de mariage, mais avant que celle-ci ne puisse avoir lieu, une lettre arrive et annonce que l’on a découvert le corps du premier grand amour de Kate, qui se trouve être congelé dans la glace des Alpes Suisses. (ci-contre : Andrew Haigh)

Acteurs : Charlotte Rampling, Geraldine James, Tom Courtenay, Dolly Wells, David Sibley.

Deuxième long métrage de fiction du réalisateur après Greek Pete (2009), Weekend (2011, mais sorti en Belgique et en France en 2012) et la production de la série Looking [1] (hélas abandonnée), 45 Years me conforte dans le fait que nous avons affaire à un réalisateur de talent. Andrew Haigh quitte le microcosme gay ou queer qu’il rendait avec excellence, proche de ses acteurs, de leur corps, dans l’intime et aussi dans les émotions et les sentiments, pour s’intéresser à d’autres corps, un homme et une femme aux termes d’une existence et d’une relation. Le générique fait appel à un son que certains ne connaissent pas, mais qui est présent dans la mémoire de spectateurs ainés et il trouvera son application/explication aux 2/3 du film. 45 Years (95’) est d’une durée équivalente à celle de Weekend (96’) [2]. Le film aurait d’ailleurs pu s’intituler Week car il décrit six jours de la vie d’un couple qui s’apprête à fêter ses 45 ans de mariage. C’est surprenant de fêter les noces de vermeil (45) et non celles d’émeraude (40 ans). C’est qu’un malencontreux pontage cardiaque de Kate a empêché cette célébration. Ces noces seront celles du souvenir et l’épouse qui les prépare confiera même les références des chansons qui ont « en-chanté » le jour de leur union. Fête d’aujourd’hui qui s’enracine dans le passé pour le célébrer au présent.

Mais un autre passé surgit des glaces éternelles en Suisse. C’est que 50 ans auparavant Kate a perdu son grand amour dans les montagnes. Hors ce corps a jamais disparu refait surface et la Suisse en informe celui qui était son compagnon d’escalade un demi-siècle auparavant. Nous ne verrons jamais ce corps glacé car le réalisateur ne va pas la jouer façon Hibernatus ou à la mode science-fiction. Mais la lettre qui annonce la découverte de ce corps retrouvé dans les montagnes suisses va faire jaillir des souvenirs qui vont refroidir la relation de Kate (Tom Courtenay) avec son épouse Geoff (Charlotte Rampling). Nous les accompagnerons six jours durant, une petite semaine, depuis la lecture de la lettre venue de Suisse et la célébration des noces de vermeil. Pourquoi et comment cette relation s’altère-t-elle à cause du souvenir ? Quelle a été la relation de Kate avec cette femme ? Pour Geoff, c’est la lettre d’une inconnue car elle ne sait rien de cette femme, de ce qui est au sein de la relation avec celui qui est son époux depuis si longtemps. Quelle image peut-elle avoir de cette femme qu’elle n’a jamais vue ? Comment découvrir les fruits d’un passé qui n’a pu naître à cause de la montagne ? Et ne se fait-elle pas justement une montagne d’une taupinière ? Et lui, qu’était en définitive cette femme pour lui ? Quel souvenir en garde-t-il et quel futur voyait-il pour eux ? Toutes ces questions seront traitées avec finesse et émotion par Andrew Haigh qui peut ici aussi filmer les émotions et les corps avec autant de tendresse, d’amour, de chaleur, de distance et de proximité qu’il le faisait pour Weekend. A la fin du siècle, pas de place pour un septième jour de repos, parce qu’il faut danser et figer les corps.

Une main s’accroche, retombe et là se dit tout l’indicible qui n’a pu se dire 45 ans durant. Un film (et des acteurs) bouleversant(s) à voir absolument.

Diaporama

Bande-annonce :

https://www.youtube.com/embed/N-vcIs7JjbI
Film Trailer : 45 Years - YouTube
Notes :

[1Le lien mène à la présentation de la première saison en DVD, mais donne quelques éléments à propos de la série elle-même.

[2Durée que l’on a plaisir à retrouver face à une inflation dans d’autres trop longs métrages qui peinent à arriver au mot « fin » !


flèche Sur le web : Lien vers la fiche IMDB


Mots-clés associés

Au hasard...

0 | 10 | 20 | 30

American Ultra
le 19 août 2015
Philomena
le 1er septembre 2014
Floride
le 5 août 2015
Divergente 3 : Au-delà du mur (The Divergent Series : Allegiant)
le 6 mars 2016
Hippocrate
le 1er septembre 2014
Belle comme la femme d’un autre
le 1er septembre 2014
Ben-Hur
le 27 août 2016
Independence Day : Resurgence
le 3 juillet 2016
Saul fia (Son of Saul / Le fils de Saul)
le 21 octobre 2015
Demain
le 25 novembre 2015


Plan du site Espace rédacteurs puce

RSS

2014-2017 © CINECURE - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.31