Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma sur RCF

CINECURE pas un blog mais le complément sur le web des émissions radio du même nom produites par Charles De Clercq pour la radio RCF en Belgique. Celui-ci est sensible aux émotions dont il se nourrit et aime analyser les rapport entre films et romans lorsque ceux-ci sont adaptés au cinéma.

Les critiques de Julien Brnl
🎬 Victoria and Abdul / Confident Royal
Réalisateur : Stephen Frears
Article mis en ligne le 10 novembre 2017

par Julien Brnl
logo imprimer

➡ Vu au cinéma Caméo des Grignoux - Sortie du film le 18 octobre 2017

Signe(s) particulier(s) :

  • adaptation libre du livre « Victoria & Abdul : the True Story of the Queen’s Closest Confidant » de Shrabani Basu ;
  • Judie Dench donne ici ses traits à la Reine Victoria pour la seconde fois de sa carrière après le film « La Dame de Windsor », de John Madden, en 1997 ; rôle pour lequel elle obtint une nomination aux Oscars.

Résumé : L’extraordinaire histoire vraie d’une amitié inattendue, à la fin du règne marquant de la Reine Victoria. Quand Abdul Karim, un jeune employé, voyage d’Inde pour participer au jubilé de la reine Victoria, il est surpris de se voir accorder les faveurs de la Reine en personne.
Alors que la reine s’interroge sur les contraintes inhérentes à son long règne, les deux personnages vont former une improbable alliance, faisant preuve d’une grande loyauté mutuelle que la famille de la Reine ainsi que son entourage proche vont tout faire pour détruire.
À mesure que l’amitié s’approfondit, la Reine retrouve sa joie et son humanité et réalise à travers un regard neuf que le monde est en profonde mutation.

La critique

Après « The Queen », il y a dix ans, ayant valu l’Oscar de la meilleure actrice à Helen Mirren pour son rôle d’Elizabeth II, le réalisateur anglais Stephen Frears repart à la conquête de l’histoire royale de son pays, mais avec une page pourtant méconnue de la vie de la Reine Victoria, et plus précisément celle ayant suivi son jubilé d’or, vers la fin de son règne. Toujours endeuillée par la mort de son époux (survenue bien des années plus tôt), elle s’éprendra d’amitié avec un jeune indien, en découvrant notamment sa culture, lui redonnant dès lors joie de vivre. Mais cette relation entre une reine et un prolétaire, qui plus est de couleur, ne sera pas vue d’un bon œil par son entourage, qui fera alors tout pour l’en dissuader...

« Confident Royal » est un film savoureux pour la qualité indéniable de l’interprétation de son actrice principale, Judie Dench, parfaite dans la peau de son personnage, à la fois profondément seul et irrité, suite à sa fonction, et ses obligations. L’actrice y est particulièrement juste et généreuse, piquante et espiègle, tant par son jeu, que par son écriture. D’ailleurs, à travers l’amitié naissante entre ces personnes aux origines bien différentes (à une époque où la différence n’était pas concevable au sein d’une même classe), le film appelle à la tolérance, à l’évolution des mentalités, ainsi qu’au caractère (parfois) complétant et revitalisant qui peut découler d’une rencontre.

Outre ce prisme, le réalisateur se permet une gentille vision sarcastique du monde du pouvoir, que ça soit via la préparation de la succession du trône, l’image à refléter quand on y est, les rapports entre puissants et leur descendance, ou encore le regard que portent ces dignitaires sur autrui, ou plus précisément sur une relation inattendue... Chaque sujet de la court sera d’ailleurs ici épinglé pour leur attitude face à cette amitié, entre jalousie et incompréhension. Sans être corrosif, le film enchaîne ainsi malice de situations et dialogues parfois grotesques, appuyant l’aspect faux et rigide de l’institution monarchique anglaise.

Malgré tous ces bons points, « Confident Royal » reste un film cousu de fil blanc, à la mise en scène bien trop classique que pour lui permettre de sortir du lot de tous les biopics historiques pointant dans les salles à l’approche des grandes cérémonies cinématographiques. Mais né des révélations des carnets de Mohammed Abdul Karim dévoilés par ses descendants indiens en 2010, le film reste un honnête divertissement, qui se regarde pour la qualité de son interprétation, son ton enlevé face aux mascarades du pouvoir, ainsi que pour ses messages, apportés de manière aussi académiques soient-ils.

13/20

Diaporama

Copyright Focus Features / Peter Mountain
Copyright FRANCO ORIGLIA
Copyright DR
Merci de nous contacter en cas de problème de (c).

Bande-annonce :

Lien vers la critique de Cinécure



Au hasard...

0 | 10 | 20 | 30

🎬 Geostorm
le 2 novembre 2017
🎬 Tout nous sépare
le 22 novembre 2017
🎬 Zombillénium
le 30 octobre 2017
🎬 Detroit
le 30 octobre 2017
🎬 Mon garçon
le 9 octobre 2017
🎬 La Montagne Entre Nous / The Mountain Between Us
le 25 octobre 2017
🎬 Wind River
le 25 octobre 2017
🎬 Les grands esprits
le 16 octobre 2017
🎬 7 jours pas plus
le 15 octobre 2017
🎬 La Passion Van Gogh
le 7 novembre 2017


Plan du site Espace rédacteurs puce

RSS

2014-2017 © CINECURE - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.53