Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma sur RCF

CINECURE pas un blog mais le complément sur le web des émissions radio du même nom produites par Charles De Clercq pour la radio RCF en Belgique. Celui-ci est sensible aux émotions dont il se nourrit et aime analyser les rapport entre films et romans lorsque ceux-ci sont adaptés au cinéma.

Les critiques de Julien Brnl
🎬 The Strangers 2 : Prey at Night
Réalisateur(s) : Johannes Roberts
Article mis en ligne le 26 avril 2018

par Julien Brnl
logo imprimer

➡ Vu au cinéma Acinapolis Jambes - Sortie du film le 07 mars 2018

Signe(s) particulier(s) :

  • suite du thriller « The Strangers » de Bryan Bertino, sorti il y a dix ans, dans lequel un jeune couple (Liv Tyler et Scott Speedman) était terrorisé par trois assaillants masqués (un homme et deux femmes), faisant irruption dans leur pavillon de vacances éloigné ;
  • nouveau film du réalisateur Johannes Roberts après le très sympathique « 47 Meters Down », sorti il y a tout juste neuf mois dans nos salles !

Résumé : Une famille s’arrête pour la nuit dans un parc de mobile home isolé qui semble complètement désert. Une jeune femme étrange frappe à leur porte... C’est le début d’une terrible nuit d’horreur : pris pour cible et poursuivis sans relâche par trois tueurs masqués, chacun devra lutter pour sauver sa peau dans un jeu de cache-cache impitoyable.

La critique

Il en aura fallu du temps pour qu’entre enfin en chantier cette suite assez attendue d’un petit film du genre « slasher » sorti il y a dix ans, « The Strangers », dans lequel trois psychopathes masqués rendaient visite à un couple, alors en vacances. Ayant remporté neuf fois sa mise dans le monde entier, ce nouvel épisode a pourtant vécu une genèse assez chaotique, la faute notamment à la banqueroute de son studio. Qu’importe, revoilà les mêmes tueurs, bien décidés à tuer de nouvelles victimes, avec comme seule motivation et justification un « pourquoi pas ». Si Bryan Bertino ne récidive pas à la réalisation, il est toujours bien présent au scénario, qui n’a d’ailleurs (et malheureusement) pas beaucoup changé.

Toujours inspirée d’événements réels (ce qui n’est pas étonnant vu le monde de taré dans lequel nous vivons), cette suite n’en est pas vraiment une, puisqu’on suit ici une nouvelle famille, se rendant alors en vacances dans un parc de mobile-home, sauf que celui-ci est étonnement vide à leur arrivée. Très vite, ces parents et leurs deux enfants se retrouveront dans la gueule du loup...

Si le déroulement de l’histoire reste fidèle à son modèle, on reste totalement pantois face à son scénario, qui manque d’imagination, et de naturel. Tandis que l’histoire débute par une querelle familiale en guise de grosse ficelle au début des festivités, les personnages sont trop rapidement les proies nocturnes de trois fous à lier (responsables du côté désertique de l’endroit).
Certes, ils sont pris au dépourvu, mais on ne peut que souligner d’énormes incohérences dans leur manière d’agir pour s’en sortir. Pire, on a bien l’impression qu’ils le font parfois exprès... « Prey at Night » laisse dès lors filer un scénario mal écrit, opportuniste, voire assez débile.
Ce qui était censé être un moment de frousse partagé n’est alors finalement qu’une grosse blague, qui a dès lors un peu du mal à passer, surtout quand on sait que cette dernière a mûri (ou que du contraire) pendant dix ans...

Cependant, tout n’est ici pas à jeter, en commençant par une bande-originale calibrée, jouant sur deux ressorts, le premier étant des classiques (de Bonnie Tyler à Kim Wilde) des années quatre-vingts lors des scènes de meurtres, et de l’électro lors des courses-poursuites échappatoires. Aussi, la photographie de Ryan Samul laisse apercevoir de jolies couleurs qui donnent de l’effet aux scènes d’attaques, notamment celle se déroulant au bord de la piscine, ou encore lorsqu’une voiture en feu se déplace dangereusement aux pieds d’une victime rampant... Enfin, la caméra de Johannes Roberts joue de quelques bons effets de caméra, comme des plans larges se resserrant en gros plans sur les visages des personnages, afin de capter toute l’intensité de leurs regards, lorsqu’ils commencent à sentir le danger venir. Mais en vain.

Pour ce qu’on en attendait, « The Strangers 2 : Prey at Night » est une grosse déception, qu’on ferait mieux de vite oublier. C’est davantage ici l’expression grandissante de son réalisateur dans le genre qui s’en sort le mieux. Mais, tout ça pour ça ?

9/20



RSS

2014-2018 © CINECURE - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL 4.0.65