Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma sur RCF

CINECURE pas un blog mais le complément sur le web des émissions radio du même nom produites par Charles De Clercq pour la radio RCF en Belgique. Celui-ci est sensible aux émotions dont il se nourrit et aime analyser les rapport entre films et romans lorsque ceux-ci sont adaptés au cinéma.

Les critiques de Julien Brnl
🎬 Maryline
Réalisateur : Guillaume Galienne
Article mis en ligne le 25 novembre 2017

par Julien Brnl
logo imprimer

➡ Vu au cinéma Cinescope à Louvain-La-Neuve - Sortie du film le 15 novembre 2017

Signe(s) particulier(s) :

  • Guillaume Galienne s’est inspiré de la vie d’une femme rencontrée il y a plus d’une décennie pour mettre en images son nouveau film ;
  • quatre ans après « Les Garçons, et Guillaume, à Table ! » (meilleur film, meilleur premier film, meilleur acteur pour Guillaume Gallienne, meilleure adaptation pour Guillaume Gallienne et meilleur montage pour Valérie Deseine aux Césars 2014), « Maryline » est le second film du sociétaire de la Comédie Française.

Résumé : Maryline a grandi dans un petit village. Ses parents ne recevaient jamais personne et vivaient les volets clos. À 20 ans, elle « monte à Paris » pour devenir comédienne. Mais, elle n’a pas les mots pour se défendre. Elle est confrontée à tout ce que ce métier et le monde peuvent avoir d’humiliant mais aussi de bienveillant. C’est l’histoire d’une femme, d’une femme modeste, d’une blessure.

La critique

Quatre ans après le triomphe public et critique de son premier film « Les Garçons, et Guillaume, à Table ! », Guillaume Galienne nous revient avec son second effort, confirmant son talent de conteur, mais situé à des années-lumières de la fougue et de l’auto-dérision qui se dégageait de son premier film.

« Maryline », c’est le portrait d’une fille de province, pleine de modestie, taiseuse, qui, ne trouvant pourtant pas les mots pour se défendre, décide de « monter à Paris » pour y devenir comédienne... Avec ce film, Guillaume Galienne explore le monde de ces personnalités qui restent lumineuses malgré le poids des humiliations, et tout ce qu’elles ont pu endurer pour arriver à leurs fins. C’est aussi un pamphlet sur les conditions de la carrière d’actrice et des difficultés rencontrées pour y arriver. Mais Galienne a surtout voulu ici mettre en images l’handicap invisible de l’incapacité à s’exprimer de vive-voix, et ses conséquences, telles que le repli, l’alcool, la violence, etc.

On ressent une grande part d’authenticité dans ce récit écrit par Galienne lui-même, autour d’un point de départ réel, mais auquel a greffé une majorité de fiction, et d’intrigues emboîtées. Si son film résonne comme une mélodie intime, son effet est quant à lui interne, et perçant. À travers les silences de son personnage principal, on y ressent comme un cri venu du fond de la gorge. Mais on a beau suivre le parcours de cette jeune femme mystérieuse, on ne comprend pas pourquoi autant d’acharnements à son sujet, ni pourquoi autant d’alcool, alors qu’elle ne semble pas forcément (et directement) en rebondir... De même, on a du mal à s’y attacher, la faute à la mise en scène du film.

En effet, Galienne n’a pas choisi ici de raconter son histoire de manière convenue, (ce qui est une bonne chose en soi), mais sous forme de morceaux chronologiques de la (triste) vie de Maryline, jusqu’à son état de grâce, et sa reconnaissance d’actrice, pour laquelle elle s’est battue. Cette mise en scène désarçonne malheureusement le spectateur, tout d’abord parce qu’elle aligne les passages décisifs, comme anecdotiques, du combat de Maryline, tandis qu’un certain effet de répétition en résulte, étant donné qu’elle n’a cessé de percer, et de retomber. Ensuite, ces nombreuses ellipses ne permettent pas d’installer une émotion grandissante pour son personnage, en nous coupant ainsi l’herbe sous pied, étant donné le montage en bribes. Au pire, de la compassion s’en dégage, mais nous ne sommes que trop rarement dans l’empathie, d’autant plus que son évolution psychologique est quasi-absente, elle qui est très (trop) passive. Cependant, Adeline d’Hermy (de la Comédie-Française), dans la peau du personnage principal, est tout simplement brillante, et supporte magnifiquement sur ses épaules ce rôle difficile d’écorchée-vive, dirigée par un Galienne qui ne lache rien. Enfin, Galienne offre à son film des passages dignes du théâtre ou de la littérature, ce qui demande une lecture différente de la part du spectateur, qui s’y perd un peu, et n’a pas le temps de s’y acclimater. Finalement, si l’on comprend où le réalisateur veut en venir, on reste dubitatif quant au chemin emprunté, et la forme choisie.

« Maryline » est un film particulièrement sensible, autour d’une personnalité troublante, au parcours à la fois âpre et poétique. C’est, à sa façon, un hymne à la femme, et un regard de l’industrie du cinéma sur les femmes. Mais la mise en scène du film nous empêche d’embrasser le destin de son héroïne, tout comme l’audace parfois trop personnelles des idées de son metteur en scène.

10/20

Diaporama

Copyright Thierry Valletoux& Gaumont Distribution

Bande-annonce :

Lien vers la critique de Cinécure



Au hasard...

0 | 10 | 20 | 30

🎬 The Glass Castle (Le château de verre)
le 18 octobre 2017
🎬 American Assassin
le 16 octobre 2017
🎬 Jigsaw
le 4 novembre 2017
🎬 Jeune Femme
le 11 novembre 2017
🎬 La Montagne Entre Nous / The Mountain Between Us
le 25 octobre 2017
🎬 Detroit
le 30 octobre 2017
🎬 En attendant les hirondelles
le 1er décembre 2017
🎬 Logan Lucky
le 4 décembre 2017
🎬 The Foreigner
le 15 novembre 2017
🎬 Battle of the Sexes
le 2 décembre 2017


Plan du site Espace rédacteurs puce

RSS

2014-2017 © CINECURE - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.57