Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma sur RCF

CINECURE est le complément sur le web des émissions radio du même nom produites par Charles De Clercq pour les radios RCF en Belgique. Celui-ci est sensible aux émotions dont il se nourrit et aime analyser les rapport entre films et romans lorsque ceux-ci sont adaptés au cinéma.

Les critiques de Julien Brnl
🎬 Battle of the Sexes
Réalisateurs : Jonathan Dayton et Valerie Faris
Article mis en ligne le 2 décembre 2017
dernière modification le 3 décembre 2017

par Julien Brnl
logo imprimer

➡ Vu au cinéma Caméo des Grignoux - Sortie du film le 08 novembre 2017

Signe(s) particulier(s) :

  • troisième collaboration entre les réalisateurs Jonathan Dayton et Valerie Faris, mari et femme à la vie, après « Little Miss Sunshine » (2006) et « Elle s’Appelle Ruby » (2012) ;
  • pour les scènes de matchs, c’est Kaitlyn Christian et Vince Spadea qui ont doublé Emma Stone et Steve Carell.

Résumé : 1972. La championne de tennis Billie Jean King remporte trois titres du Grand Chelem. Mais loin de se satisfaire de son palmarès, elle s’engage dans un combat pour que les femmes soient aussi respectées que les hommes sur les courts de tennis. C’est alors que l’ancien numéro un mondial Bobby Riggs, profondément misogyne et provocateur, met Billie Jean au défi de l’affronter en match simple…

La critique

Décidément, le tennis n’aura jamais été autant représenté au cinéma qu’en ce mois de novembre ! Après avoir découvert l’affrontement de deux joueurs de légende dans « Borg vs McEnroe » (de Janus Metz), place maintenant à celui qui opposait, en 1972, la star montante Billie Jean King (âgée de 29 ans) et l’ancien numéro 1 mondial Bobby Rings (alors retraité et âgé de 55 ans). Dans « Battle of the Sexes », le couple de réalisateurs Jonathan Dayton et Valerie Faris (à qui l’on doit l’excellentissime road-movie « Little Miss Sunshine ») se penche d’une part sur le combat d’une femme pour l’égalité des sexes sur le court de tennis à travers un match historique grandiloquent, et d’autre part, sur son propre combat pour sa liberté sexuelle, elle qui cachait alors son homosexualité.

Même si le but était de réaliser avant tout un bon film, on est clairement ici dans le biopic ultra-formaté pour amasser des récompenses « en veux-tu, en voilà ». D’ailleurs, les réalisateurs se sont entourés de la crème de la crème technique actuelle du monde du cinéma, dont Simon Beaufoy au scénario (Oscar du Meilleur scénario adapté pour « Slumdog Millionaire »), Danny Boyle à la co-production, Pamela Martin au montage (nommé à l’Oscar du Meilleur montage pour « Fighter »), le compositeur Nicholas Britell (nommé aux Oscars pour la bande-originale de « Moonlight »), ou encore (et surtout) Linus Sandgren, oscarisé pour son travail sur la photographie du sublimissime « La La Land ». Bref, avec une équipe pareille, comment ne pas mettre en boîte un film qui a du potentiel ?

Revenons d’ailleurs ici sur le travail du chef-opérateur, à qui l’on doit donc des merveilles dans le dernier film de Damien Chazelle, et qui réalise également ici un très beau travail. On a bien l’impression que ce match de légende a été tourné en 1970, et non de nos jours, suite au choix de le tourner en 35 mm. L’image est donc pleine de couleurs très marquées, et possède un grain qui réchauffe les cœurs. Simon Beaufoy, lui, pour le bien de l’authenticité du récit, s’est entretenu pendant de longues heures avec Billie Jean King quant aux coulisses de ce match, ainsi que sur sa trajectoire personnelle en parallèle, elle qui faisait entièrement confiance au scénariste.

Force est de constater que le résultat est franchement à la hauteur des attentes. « Battle of the Sexes » nous offre l’envers du décor d’un match sur-médiatisé (90 millions de téléspectateurs) ainsi que le match en question, aux enjeux bien différents de toute part. Elle se battait pour le droit des femmes et l’égalité des sexes sur le « ring », tandis que lui, par esprit machiste, frondeur, et d’autopromotion, cherchait à prouver que les femmes ne savaient pas gérer la pression et ne méritaient pas le même salaire que la gente masculine au tennis... Mais le script ne s’arrête pas là, puisqu’il s’intéresse aussi à l’intime de nos deux joueurs en parallèle à cet affrontement. Billie Jean, à l’époque, cachait alors sa véritable orientation sexuelle (elle qui était alors mariée à un homme), et gare aux sponsors s’ils venaient à l’apprendre (mais surtout à sa carrière), alors que Bobby Rings, lui, détruisait son couple à petit feu, par sa nécessité de mépris, son ego, et son côté mégalomane. D’ailleurs, ce dernier était bien plus occupé à son image qu’à s’occuper de son mariage.

Emma Stone est ici physiquement confondante avec Billie Jean, (grâce à un accoutrement très vintage - les lunettes lui vont tout autant que les paillettes), et Steve Carell parfait en gugusse et showman au franc-parler dérisoire, mais pris très au sérieux à l’époque. D’ailleurs, si le film met principalement en place le double combat d’une femme pour sa liberté sportive et sexuelle, celui-ci nous rappelle que le chemin est encore long du côté de la condition féminine, et pas que...

On pourrait, malgré tous ses bons points, reprocher au film de Jonathan Dayton et Valerie Faris de s’éparpiller tout au long de son histoire, et ainsi ne pas aller jusqu’au bout de ses idées. Mais « Battle of the Sexes » ne loupe pourtant aucun revers, sans marquer non plus des aces. Le film, léger et profond à la fois, réussi ainsi à tenir la barre du divertissement très plaisant, tout en nous présentant des enjeux personnels, et directement sociétaux, à la fois importants et nécessaires, et cela au sein d’un événement sportif (ré)inscrit dans des milliers de mémoires, à voir ici comme un pamphlet multicouche au caractère intemporel.

15/20

Diaporama

 <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='746' />  <br width='500' height='750' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='399' />  <br width='500' height='500' />  <br width='500' height='280' />  <br width='500' height='741' />  <br width='500' height='376' />  <br width='500' height='333' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='750' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='352' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='227' />  <br width='500' height='281' />  <br width='500' height='250' />  <br width='500' height='586' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='283' />  <br width='500' height='281' />  <br width='500' height='334' />

Copyright 20th Century Fox

Bande-annonce :

Lien vers la critique de Cinécure



Au hasard...

0 | 10 | 20 | 30

🎬 Phantom Thread
le 26 avril 2018
🎬 Le petit Spirou
le 9 octobre 2017
🎬 Downsizing
le 24 janvier 2018
🎬 Avant que Nous Disparaissions / 散歩する侵略者
le 21 juin 2018
🎬 The Greatest Showman
le 9 janvier 2018
🎬 Finding Your Feet
le 26 avril 2018
🎬 Hurricane / The Hurricane Heist
le 26 avril 2018
🎬 Knock
le 26 octobre 2017
🎬 En Guerre
le 10 juin 2018
🎬 Blade Runner 2049
le 31 octobre 2017
RSS

2014-2018 © CINECURE - Tous droits réservés
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.0.99